Forum d'inspiration médiévale, contenu mature (déconseillé aux mineurs).
 

Partagez | 
AuteurMessage
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Mer 10 Mai - 19:19

Quelques nuages obscurcissaient le ciel, aujourd’hui. Était-ce un signe de la contrariété des dieux, qui venaient gâcher le bain de soleil des bourgeois paraissant sous les oliviers ? A moins qu’il ne s’agisse d’une bénédiction divine, envoyée à un homme cherchant l’ombrage ? Les superstitieux avaient le don de voir l’intervention des Trois partout. Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, qu’il fasse aussi beau qu’en plein été, ou aussi froid qu’au milieu de l’hiver… Chaque situation avait ses interprétations, et elles étaient toutes contradictoires les unes avec les autres. Mais pour Alrigo, les dieux, eux, n’étaient nulle part dans le ciel. A vrai dire, de son point de vue, les divinités devaient bien s’en foutre d’un homme en quête d’ombre, ou d’un bourgeois en mal de soleil…


Le chevalier errant était monté sur son roncin de médiocre qualité, et accompagné de sa compagnie de mercenaires traînant leur misère. Il chevauchait avec le peu de dignité qui lui restait, tête haute et regard figé sur ce château qu’il voyait droit devant lui.


Mansajero.


Des souvenirs faisaient à nouveau surface. Des souvenirs d’enfance, et des prémices de l’adolescence… Ces réminiscences que l’on cherche en vain dans son esprit, mais qui finissent toujours par réapparaître aux moments les plus improbables. Il voyait un arbre, que deux jeunes gens tentaient d’escalader. Une poursuite de poules dans une basse-cour en désordre. Un luth improvisé, et des rires enfantins… Il huma l’air. L’odeur aussi lui était familière. Il avait beau être né ailleurs, en pénétrant la baronnie de Lanzaniebla, c’était comme de revenir dans un endroit familier. Et après quelques semaines d’errance, cela faisait vraiment du bien.


Tibérias se porta à sa hauteur.


« C’est ça, le château de ton amie ? »


Alrigo étudia les fortifications en détail. Elles n’avaient pas changé, depuis la dernière fois… Il tourna la tête, et acquiesça silencieusement. Tibérias fit une moue expressive.


« Mouais, pas mal. Au moins, personne viendra nous chercher noise. »


Et par personne, le Vieux-Lichen sous-entendait sans doute Salomó. Alrigo continuait son chemin, parvenant aux portes du castel, après avoir traversé une ville bondée, car en plein jour de marché. Devant les immenses battants, deux miliciens assignés au poste le plus ennuyeux de toute la garde. Alrigo resta sur son cheval, avançant directement dans leur direction. Ils relevèrent la tête, les sourcils plissés. C’est alors que le cavalier posa une main sur sa poitrine, et leur fit le sourire le plus affable possible.


« Je suis Alrigo de la Roca Orgullo, grand et puissant chevalier. Faites savoir à Dame Eliana que je suis ici, et que je souhaiterais qu’elle m’accorde audience ! »


Derrière lui, les mercenaires à la mine patibulaire attendaient de pied ferme. Le vieux Tibérias observait les contreforts en sifflotant ; sir Elias patientait les bras croisés ; la Garce les mains sur les hanches ; István flattait l’encolure de son mulet acariâtre ; Massimo rigolait tout seul dans son coin, fixant un point d’horizon à sa gauche.


Une fine équipe. Ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Sam 13 Mai - 15:54



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



Depuis son retour “miraculeux” après un terrible accident de chasse, la baronne n’avait que très peu accordé d’entrevue. L’on avait raconté qu’elle était devenu méfiante et que les Fiercastel avaient certainement manigancé à cet accident. Le baron n’était-il pas lui-même venu quelques jours plus tard pour réclamer que l’on revoie les frontières ? Quel ne fut pas sa surprise de constater que la baronne l’avait elle-même accueillit, la population spéculait bon train sur comment leur fière baronne l’avait reçu….

En attendant les cavaliers de la baronnie observait la troupe de… Vaurien ? D’un mauvais œil. Si l’homme était chevalier, il avait de bien mauvaises fréquentations et l’amener à la rose de Lanzaniébla leur paraissait impensable. Non, décidément ces gens n’avaient l’air que de bandit venu importuner à baronne et l’homme allait les envoyer balader lorsque son attention fut attirée par une clameur plus loin. Sans prendre le temps de répondre à la troupe mal assortie, le cavalier fit demi-tour se portant à l’escorte de la baronne justement.

Voilà comment snober un homme sans importance. Ou, comment prendre le risque d’avoir rapidement des ennuis, car c’est presques instinctivement que le regard de la baronne tomba sur le chevalier. Elle fronça les sourcils un instant avant de s’excuser auprès de ses gardes et d’avancer sa monture à la hauteur de l’homme… Elle l’observa de la tête aux pieds avant de jeter un regard rapide sur ses compagnons.

- Sir Alrigo de la Roca Orgullo… Est ce bien vous ?

Derrière elle, un cavalier commençait à se sentir mal et jetait des regards inquiets à la scène. Se pourrait-il qu’il ait fait une monumentale erreur ? Mais la baronne n'avait l'air clairement pas sur d'elle...
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Dim 21 Mai - 8:19

Le regard du garde sur Alrigo ne lui plaisait pas. Ce malappris avait une trogne qui ne lui revenait pas. Tibérias sembla s’en rendre compte, et se crispa légèrement. Jusqu’ici, tout s’était déroulé sans réelle fausse note, et venait à présent le premier couac. Comble du mépris, le gardien ne répondit même pas, préférant leur tourner le dos. Là, ce fut Elias qui décroisa ses bras, les yeux grands ouverts, et la main se portant délicatement au pommeau de son épée. Alrigo avait beau se rendre compte qu’il n’était pas en très bonne compagnie, c’était insultant. Plus pour lui que pour ses hommes, à vrai dire.


Le bâtard errant ne remarqua pas tout de suite l’arrivée d’une personne assez spéciale, à dos de cheval. Il ne se rendit compte de sa présence que lorsqu’elle se rapprocha de plus près. Et là encore, c’est au son de sa voix qu’il tressaillit. Alrigo l’étudia du regard, à l’instar de cette belle demoiselle juchée sur son canasson. Son sourire s’agrandit à mesure qu’il comprenait de qui il s’agissait. Avec un franc rictus, il déclara :


« Eli ? »


Avant de se rattraper, parce qu’il y avait des gardes à côté…


« Dame Eliana de Lanzaniébla… Par la grâce des Trois, je n’arrive même plus à vous reconnaître ! »


Les compagnons d’infortune d’Alrigo se regardèrent entre eux. Sara croisa les bras en regardant la baronne, tandis qu’István murmurait à Elias qu’une telle beauté ne pouvait être réelle, et qu’il devait plutôt s’agir d’un reflet du soleil ou d’une insolation collective. Ce à quoi répondit sir Elias par un haussement d’épaules méprisant, roulant des yeux devant les sornettes du Fenyeshien. Alrigo, quant à lui, avança un peu plus près pour saluer la dame.


« Cela faisait si longtemps que nous ne nous étions plus retrouvés… Combien ? Près de dix ans ? Rien qu’à venir ici, un nombre incalculables de souvenirs m’ont pris d’assaut... »


Il sourit.


« Vous êtes une femme, maintenant… La ‘rose de Lanzaniébla’, hm ? »


Sara soupira, faisant la moue. Massimo, quant à lui, se pencha pour cueillir une pâquerette, qu’il se mit à manger comme si de rien n’était, sous le regard dégoûté de Tibérias. Alrigo étendit alors le bras vers eux.


« Je vous présente mes compagnons ; Tibérias Duelgo, István le Borgne, Sara la… Sara, Massimo Mondrágo, et Elias della Tora. Nous venons en paix, quérir une demande. »


Le roussin d’Alrigo piaffa, et il lui flatta l’encolure.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Sam 3 Juin - 16:30



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



A peine Alrigo prononça son prénom qu’un immense sourire ravie éclaira son visage. C’était bien lui. Il avait changé, certes, mais elle aurait put reconnaître ce regard n’importe ou. Qu’il se rattrapa ou non dans son langage, elle n’y prêta pas attention prise dans la joie de revoir celui qui avait été comme un frère toutes ses années. Pas plus au finale, qu’elle ne prêta attention à l’étrange troupe qui semblait l’accompagner. Non, seul le plaisir de le revoir importait à Eli à l’instant.

-Dix ans, déjà ? Vous avez bien trop tardé à revenir Sir.

Un triste sourire fana quelques peu sa joie alors qu’il prenait la parole.

-Une veuve, Sir. Mais, il n’est pas lieu de parler de tout cela, j’espère que vous n’avez pas encore prit une chambre en ville car vous êtes mon invité.

Son regard bienveillant sembla enfin faire attention aux hommes et femmes qu’il lui présenta. Si elle en éprouvait une quelconque gêne, elle n’en laissa rien paraître. Elle sembla toutefois réfléchir un instant avant de reposer son regard clair sur l’homme.

-Ce sont vos gens ? Je vais devoir faire ouvrir la maison des invités. Vous verrez, peu de chose a changé depuis votre dernière venue.

Elle fit faire demi tour à sa monture, pour les mener à sa demeure. Il était clair qu’elle n’avait aucune envie de parler des dix dernières années au milieu de la foule. Elle n’avait d’ailleurs pas posé de question délicate à la fine équipe. Avait-elle comprit qu’il y avait bien plus qu’une simple rencontre ?

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Mer 7 Juin - 8:02

Alrigo se souvenait à présent avoir appris la mort du baron, mais que cela lui était totalement sorti de la tête. Il pestait intérieurement, s’insultant lui-même devant cet impair monstrueux, et proposa comme dédommagement à son oubli une moue contrite.


« Mes sincères condoléances, ma Dame… »


Mais la baronne ne semblait pas s’étendre sur le sujet, ce qui était compréhensible. Elle invita la compagnie à rentrer au sein de son castel. Alrigo éperonna son roncin pour se rapprocher un peu d’Eliana, avec qui il n’avait pas eu l’occasion de parler depuis des lustres. Revenir au sein du château de Mansajero était un événement d’aura presque mystique. Les souvenirs se mêlaient au présent, et les yeux d’Alrigo étudiaient les grandes bâtisses autant avec des yeux nouveaux qu’avec ceux du passé. Effectivement, Eliana avait raison. Peu de choses avaient changé, cette dernière décennie. Et ce n’était pas pour déplaire au chevalier, qui s’y retrouverait sans doute bien plus facilement.


Ils démontèrent, lorsqu’il fut temps de continuer à pied. Le roncin du chevalier tenta de le mordre lorsqu’il lui flatta l’encolure une nouvelle fois, et Alrigo grogna. Puis, il s’empressa de dire à Eliana :


« N’ayez point d’inquiétude pour mes hommes. Ils ont l’air rude, mais ce sont de bons compagnons, ils ne causeront nul tort. »


Se balader ainsi dans les couloirs lui rappelait cette fameuse journée de course-poursuite. Une servante du château, qui le coursait pour récupérer un plateau de sucreries qu’Alrigo avait chapardé pour en manger sous un arbre avec son amie. Les choses étaient plus simples, en ce temps-là, avec le spectre déformant de la jeunesse. Le bâtard de la Roca, que la vue rendait légèrement nostalgique, ne put s’empêcher de penser qu’il était sans doute bien plus heureux jadis. Il s’humecta les lèvres, montrant un vieux chêne dans la cour.


« Est-ce toujours là que vous vous rendez pour lire vos fameux manuscrits ? Je me souviens d’une époque où vous leur portiez parfois bien plus d’intérêt que moi ! »


Il sourit. Lui se souvenait très bien de la jalousie qu’il avait développée à l’encontre d’Athanase le Confesseur, Antonio Gardolvi, et tous ces auteurs qui empêchaient Eliana de jouer avec lui. Un futile sentiment, bien enfantin alors.


La troupe de mercenaires suivait, étudiant les lieux du regard. Si Elias della Tora et István étaient loin d’être impressionnés, car connaissant sans doute mieux, il n’en était pas de même pour Sara et Tibérias. Ils avaient déjà sans doute défendu les murailles d’un château, mais jamais n’avaient-ils encore pénétrés dans l’un d’eux assez calmement pour prendre le temps d’apprécier son esthétique. Piller un castel n’offrait pas le loisir de l’étudier. Massimo, quant à lui marchait en équilibre sur un petit muret, passant entre des petites colonnades en souriant. C’était comme si tout à coup, il avait eu une furieuse envie qu’on le remarque, aussi, Tibérias le ramena d’un coup sec vers eux.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Sam 17 Juin - 20:21



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



Bien sur, il lui présenta ses condoléances, bien qu’elle n’avait pas voulu s’attendre sur le sujet. Elle n’était pas malheureuse de la mort de son époux, malgré la belle image qu’elle avait su afficher durant tout leur mariage. Imaginer que la baronne avait fait un mariage d’amour plus que de politique relevait de la rêverie. Elle haussa dignement les épaules, sans répondre entretenant le mythe de la veuve éplorée qui n’existait pas. C’est dans le silence et cette réflexion qu’ils rentrèrent au castel.

C’est la voix de son ami d’enfance qui la tira de ses sombres pensées qui avaient déjà la fâcheuses tendances à s’égarer beaucoup trop loin à son goût. Elle sourit et posa ses yeux émeraude sur sir Alrigo avant de vaguement détailler le groupe. Lorsqu’elle revient à lui, elle lui répondit simplement d’une voix douce et pourtant ferme.

-J’ai toute confiance en un ami pour ne causer nul tort sur mes terres.

Finalement son regard suivit ce que lui montrait l’homme. Le vieux chêne, celui là même qui avait abrité tellement de souvenir. De ses premières lectures à son premier baiser. Un baiser tout ce qu’il avait de plus chaste, mais tout de même tellement inconvenant pour une femme tout juste fiancée. Elle lui lança un regard amusée et un peu désolée, car il avait raison. Ses livres avaient toujours eu plus d’importance que tout le reste. Elle se pencha légèrement en avant pour murmurer du ton de la confidences.

-Je vous rassure mes manuscrits ont toujours bien plus d'intérêt que les humains, mais j’ai bien moins de temps depuis que j’ai du reprendre l’élevage des pur sang de Lanzaniébla.

Un léger rire parfaitement contrôlé s’échappa de ses lèvres avant qu’elle ne recula pour ouvrir le salon des invités. C’était une grande pièce savamment mise en valeur de tenture aux couleur de sa maison ou se disposait plusieurs fauteuils de velours bleu.

-Installez vous, puis-je vous faire offrir une boisson ?

Ils n’eurent pas besoin de répondre que déjà des domestiques avaient déjà installé de quoi boire et se restaurer quelques peu sur les tables basses avant de disparaître complètement, laissant enfin seuls la troupe et la baronne. Elle les laissa se délasser avant de demander.

-Et maintenant mon cher, si vous me disiez ce qui vous amène ici après dix ans ?




Codage by TAC

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Lun 19 Juin - 8:25

Ha, Alrigo en était sûr.


Elle avait encore les manuscrits de ces foutus philosophes. Il sourit, s’imaginant encore à dix ans, tentant de faire semblant d’être intéressé par ces fameux écrivains et professeurs pour lesquels Eliana semblait se passionner. Ces grands érudits, qui pensaient détenir la vérité sur la vie et la façon de la mener. Eux-mêmes l’ayant passée à rédiger des manuscrits dans un bureau sombre ou dans la fraîcheur d’une salle d’abbaye, la question était de savoir s’ils avaient raison de parler de ce qu’ils ne savaient pas… Après tout, ils étaient tous nobles, ou bourgeois. Comment auraient-ils appris à lire et à écrire, sinon auprès d’une famille riche et à l’abri du danger ? Ha, ces philosophes…


Ils pénétrèrent dans un vaste salon, avec de beaux fauteuils en velours. Alrigo s’arrêta net. C’était les mêmes que jadis, ils n’avaient pas changé, comme si son passé le rattrapait peu à peu à mesure qu’il avançait dans le château de Mansarejo. Il s’assit, acceptant la proposition d’Eliana. Alentour, les mercenaires, qui n’avaient pour la plupart jamais été conviés au sein d’un castel de toute leur chienne de vie, étudiaient l’endroit avec curiosité. Sara s’arrêtait sur les tentures, tandis que Tibérias passait une main vieille mais sûre sur le bois de la porte. István restait dans un coin, les bras croisés contre sa poitrine, mais jetait des coups d’œil intéressés à la décoration. Elias della Tora, en homme distingué, s’était également assis, et faisait mine de ne pas appartenir à cette bande de rebuts de la société avec lesquels il voyageait. Enfin, Massimo, qui venait de passer quelques instants bloqués sur un étrange vase, regarda en direction d’Eliana en souriant.


Alrigo lui jeta un sale regard, et il détourna le sien.


Revenant au présent, le bâtard de la Roca se frotta les mains.


« Hé bien, je ne serais pas contre quelques rafraîchissements. Cela dit, je pense que ce serait une meilleure idée si mes gens allaient m’attendre dehors. Sans faire de vagues. Pas la moindre. Vague. »


Il regarda ses hommes en souriant. Tibérias acquiesça, et emmena Sara et Massimo avec lui. István grogna, et s’en fut également. Ne restait qu’Elias, assis à côté d’Alrigo.


« J’aurais peut-être dû préciser tous les membres de la Compagnie Verte ? »


Le noble souffla, et se releva, faisant une révérence de qualité à Eliana, avant de se retourner et de s’en aller, sans un regard pour Alrigo. Le bonhomme était sans doute froissé. Mais au moins les deux amis d’enfance étaient enfin seuls, et Alrigo trouvait cela plus raisonnable. Notamment à cause des rustres qu’il trimballait dans tout le pays namarréen. Et surtout parce qu’il voulait être seul avec Eliana.


Il prit un peu d’alcool dans une coupe d’argent.


« Je suppose que si je vous dis qu j’avais terriblement envie de vous revoir, ça ne suffit pas ? »


Il ricana, prenant une lampée de son verre. Il reposa le beau calice ouvragé, et se mit à le faire tourner sur son axe pendant qu’il réfléchissait. Enfin, il délaissa l’objet pour tourner à nouveau ses prunelles brunes sur Eliana.


« En réalité, j’ai besoin d’aide. Je ne sais pas si la nouvelle de mes déboires à la Roca Orgullo vous est parvenue jusqu’ici, mais je cherche à me mettre sous la protection de quelqu’un. »


Il releva sa coupe.


« Je cherche un suzerain. Ou… une suzeraine. »


Alrigo reprit un peu d’alcool.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Lun 10 Juil - 10:11



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



Dire qu’elle était contente de voir la troupe de son ami sortir était un doux euphémisme. Bien qu’elle eût toujours confiance en Alrigo à l’époque où ils étaient des amis innocent, elle n’aimait pas particulièrement les manières et les regards de ses gens. elle voulait savoir comment il en était arrivé à côtoyer ces gens là. Elle suivit du regard la silhouette de la troupe s’éloignant, avec mécontentement pour certains, avant de reposer son regard vert sur l’homme. Un léger sourire étira ses lèvres et elle secoua la tête. Non, le plaisir de la revoir n’était pas une raison suffisante à son retour sur les terres de Lanzaniebla.

Elle s’abstient de tout commentaire et le laissa parler. Elle n’avait pas encore eut vent des nouvelles de ses déboires à la Roca Orgullo, mais à n’en pas douter cela arriverait bientôt. Et, s’il avait besoin de la protection d’un seigneur. Elle haussa les sourcils, mais garda le silence un long moment. Suffisamment pour mettre mal à l’aise n’importe qui ne la connaissant pas. Finalement, elle vint à son tour prendre un verre qu’elle porta à ses lèvre et ne prit la parole qu’après quelques secondes de plus.

- Comprenez bien que vous avez toujours été mon ami et en nom de cette amitié je serais encline à vous proposer la protection de mon domaine… Mais c’est aussi au nom de cette amitié que je dois savoir exactement dans quoi je me lancerais et surtout dois je étendre ma protection à vos gens ?

Elle lança un regard vers la porte avant de revenir à lui.

- Je ne suis plus depuis bien longtemps une adolescente inconstante, ma famille et mon domaine à besoin que je prenne les bonnes décisions pour lui épargner des désagréments ? Je suis sur que vous me comprenez…

Elle avait déjà tellement à gérer. Ses propres erreurs et la fuite de sa soeur. Si tout cela continuait de s’enchaîner ainsi, elle n’aurait plus rien à garder. Elle se laissa tomber à son tour tomber sur le siège en face d’Alrigo, comme si le poids des responsabilités était devenu bien trop lourd.

-Avant que vous ne vous lanciez, sachez que si vous acceptez ma protection, j’aurais moi aussi un service à vous demander...

Elle plongea à nouveau son regard dans celui de de l'homme. IL n'y avait qu'à lui qu'elle pouvait demander de retrouver sa sœur discrètement sans que toute la population n'en soit alerté, mais seulement s'il s'avérait qu'elle pouvait le prendre sous la protection de son domaine. Elle trempa une nouvelle fois ses lèvres dans la coupe attendant ses réactions et surtout son histoire...
Codage by TAC

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Jeu 27 Juil - 10:29

Alrigo leva le coude à nouveau. Il savait bien que la dégaine de ses comparses allait leur poser problème. Et il est vrai que n’importe quel seigneur sain d’esprit les aurait regardé comme une compagnie d’opérettes composée d’horticulteurs et de bouseux finis. Fort heureusement, ils n’auraient pu être plus loin de la vérité, car les membres de la Compagnie Verte étaient des professionnels aguerris. Et plus encore, ils avaient fini par comprendre que pour exister sans s’attirer des ennuis, il leur fallait mieux suivre le code et les ordres de leur capitaine. Capitaine qui, en l’occurrence, se trouvait être un homme des plus raisonnables. A peu de choses près.


Il se lécha un instant les lèvres, couvertes d’un peu d’alcool, puis dit.


« Croyez-moi, je n’aurais pas apporté des coupe-jarrets amoraux en vos murs si je ne savais pas les contrôler. Mes hommes ont certes l’air rude et patibulaire, il n’empêche que je reste leur capitaine, et qu’ils m’obéiront au doigt et à l’œil. Aussi, pas d’inquiétude, ma douce amie. Je me porte garant d’eux. »


Il sourit, regardant Eliana avec plus d’attention. Il reconnaissait l’enfant qu’il avait eu l’habitude de côtoyer lors de sa fougueuse jeunesse, néanmoins, elle avait également changé, et en bien. Telle beauté n’aurait pu être que le fruit d’un long processus de bonification, comme le vin dans une barrique de chêne. Les courbes harmonieuses de son visage, encadré par une charmante crinière d’un brun léger, formaient l’écrin luxueux créé pour les deux saphirs enchâssés en son milieu. Oui, Eliana avait changé. Elle était devenue une femme. Une femme sublime.


Alrigo voulut reprendre un peu de spiritueux, puis arrêta la course de son bras et reposa le calice.


« Un service ? De quel type ? Je peux tout faire. Mes hommes et moi peuvent effectuer toutes les missions qu’il vous plaira. »


Il sourit.


« Parlez-moi donc de ce fameux service. Cela concerne-t-il ces culs-terreux de Fierchiassetel ? »


Son ricanement caractéristique, ainsi que ses joues étirées en un rictus sympathique, montraient qu’il était plutôt fier de sa petite plaisanterie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Ven 11 Aoû - 11:55



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



Reposant la coupe elle hochant poliment la tête. Qu’il lui assure que ses gens seraient se tenir et qu’il s’en portait même garant la rassura. Elle avait beau être baronne, elle ne pouvait pas étendre sa protection ainsi. Voilà qui arrangeait tout le monde. Elle lui sourit alors qu’il l’observait, se qu’elle fit à son tour. Son ami avait bien changé depuis dix ans songea-t-elle alors qu’il abordait le sujet tout aussi délicat du service qu’elle allait lui demander.

Elle se releva et alla se poster devant la cheminée éteinte surplombé du portrait de son père. Dieu comme il lui manquait. Aujourd’hui tout particulièrement. Le monde dans lequel elle avait évolué, avait disparue subitement et elle avait songé à mourir… Bien sur l’accident au bord de la rivière et ses jours d’amnésies avait changé de beaucoup son désespoir. Elle en avait oublié la seule autre personne comptant presque autant que son père, sa soeur. Elle s’en voulait terriblement et elle devait réparer son erreur. Elle soupira finalement et fit de nouveau face à son ami.

-Laissez donc les Fiercastel à leur cavalcade sur chevaux de trait…

Un sourire se dessina sur ses lèvres, mais la pique ne lui faisait pas plaisir. De ça aussi, elle en avait assez. Un jour il faudrait régler ce problème… Quand elle pourrait affronter le baron ! pour le moment elle préférait l’éviter.

-Non, j’ai besoin de votre et de manière discrète…

Elle revint vers lui, s’installa dans le fauteuil en face de lui et elle baissa la voix avant de reprendre.

-Il s’agit de ma soeur. Elle a fuit la demeure avec quelques affaires et à peine quelques pièces…. J’ai besoin de vous pour la ramener à la maison. J’ai peur pour elle comprenez-vous ?

Elle darda sur lui un regard implorant. Il ne pouvait que comprendre la peur qu’une soeur ressentait pour son autre soeur, non ?
Codage by TAC

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chevalier


Messages : 29
Date d'inscription : 06/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Ven 25 Aoû - 10:18

Le sourire d’Alrigo s’estompa légèrement lorsqu’il entendit parler de « manière discrète ». Qu’il n’y ait aucune ambiguïté, la discrétion était bien quelque chose que maîtrisaient ses mercenaires, certains plus que d’autres évidemment. Mais cette dernière phrase qu’avait prononcé la baronne de Lanzaniebla signifiait que la chose était grave, et qu’elle requérait un sérieux que le chevalier n’avait pas réussi à mesurer au début. En voyant sa belle amie s’asseoir et baisser le ton, il quantifia le degré de gravité comme étant assez élevé, avec une connotation gênante, voire honteuse.


Quelle ne fut pas sa surprise en apprenant que la jeune Savéa avait fuguée. Il se souvenait d’elle comme étant une petite sotte capricieuse, qu’il avait déjà embêtée dans sa jeunesse. Il avait encore souvenance du jour où, alors qu’elle marchait tranquillement dans une allée, Alrigo, qui avait grimpé à un arbre, avait lâché une poule dans sa direction. La petite fille, terrorisée, avait fui à toute jambe en pensant que les poules étaient les créatures les plus monstrueuses de la basse-cour. Heureusement d’ailleurs qu’elle n’avait jamais su qu’Alrigo était dans l’arbre, à se délecter de son petit tour, si bien qu’il en était tombé à la renverse et s’était luxé le poignet…


Mais l’heure n’était plus au souvenir et à la mélancolie. L’affaire était plutôt sinistre, puisqu’il se souvenait d’une Savéa d’apparence fragile, qui était à présent lâchée dans la nature avec pour seule compagnie une maigre bourse et un cheval, certes bon, mais qui saurait sans doute attirer les regards. Il connaissait la plupart des routiers ; des gens pas très souvent respectables, avec l’œil mauvais et la mine patibulaire. Et comme tout groupe d’hommes normalement constitué, plus il y avait de cerveaux à l’intérieur, et moins ils agissaient de façon intelligente. Fait qu’il avait théorisé après la fameuse Rixe du Carrefour brun. Cependant, c’était une autre histoire…


Il se releva sobrement, et opina très bas du chef, dans un mouvement presque révérencieux.


« C’est une situation qui ne saurait durer. J’irai la chercher, et je la récupérerai par tous les moyens pour la ramener ici. »


Il s’agenouilla, prit la main d’Eliana dans un geste courtois, et lui sourit.


« Je vous le promets, ma Dame. Tout comme je promets de prêter serment vassalique au plus tôt. Pourquoi pas maintenant, tant que je suis à genou ? »


Le mercenaire joignit ses paumes, comme s’il allait prier. Son regard était posé sur celui d’Eliana, avec un sourire en coin. C’était le signe que le serment allait commencer. La baronne devait alors envelopper les mains jointes du chevalier avec les siennes, et tout pourrait alors commencer. Un léger détail manquait cependant. Il beugla en direction de la porte :


« Elias ! »


Pas de réponse. Il soupira et dit d’une voix un peu plus mielleuse :


« Sir Ellias della Torra ! »


Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvrit sur le fameux chevalier, qui affichait une expression digne, main sur le pommeau de son épée. Lorsqu’il vit la position du chef de sa compagnie, il arqua un sourcil.


« Ha, je vois. »


Alrigo acquiesça, puis tourna à nouveau son regard vers celui d’Eliana. Le serment devait aussi passer par les yeux, pour lier les âmes des deux êtres. Alrigo commença, d’une voix solennelle.


« Je jure en ma foi des Trois d’être fidèle à Eliana de Lanzaniebla, baronne de Lanzaniebla, toujours et sans tromperie. J’aimerai ce qu’elle aime, et me détournerai de ce dont elle se détourne. Je lui prodiguerai conseil et assistance dans les temps de besoin. »


Eliana répéta alors son texte, comme s’il s’était agi d’une pièce de théâtre. La cérémonie était codifiée, et selon les régions, les coutumes changeaient. Le serment vassalique n’était pas la soumission d’un homme à un autre (ou dans le cas présent, d’un homme à une femme), mais plutôt une alliance entre deux êtres libres. Libres et égaux. Bien entendu, dans la forme, le suzerain était supérieur au vassal, cela allait de soit.


Vint alors l’heure de sceller le serment. Elias affichait à présent un sourire en coin, et Alrigo savait pourquoi. Il plongea ses yeux dans ceux d’Eliana. L’idée lui avait bien sûr traversé l’esprit, et il n’aurait pas été contre à ce qu’elle se déroule. Malheureusement, trop courtois et trop respectueux de son amie, il préféra laisser tomber le baiser de paix, et lui préféra alors l’accolade, plus chaste dans cette situation. Néanmoins, le moment de flottement qui avait précédé cette accolade laissait sous-entendre qu’il y avait d’abord pensé.


Alrigo se releva à la fin de la cérémonie, et regarda Elias. Ce dernier avait abandonné son sourire, et de son air neutre (mélange d’arrogance nobiliaire et de cynisme personnel) prononça ces mots :


« Moi, Elias della Torra, témoigne de ce serment devant les dieux qui lie ces deux parties. Que Tamas m’emporte si je mens. »


Alrigo acquiesça, et murmura.


« Que Tamas m’emporte si je mens. »


Il sourit alors à Eliana.


« Ma Dame, voilà que vous venez de vous offrir les services de la fine fleur de Mellila. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comtesse


Messages : 75
Date d'inscription : 10/01/2017
Localisation : Principauté de Namarre

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   Ven 1 Sep - 18:14



« LE RONCIN ET LA HAQUENEE »
 
PV Alrigo



Le temps qu’il lui réponde, Eliana senti le stresse, monter en elle et former une boule dans sa gorge. Elle n’aurait clairement pas pu demander à l’un de ses gens de lui rendre ce service. Il fallait à tout prix préserver la réputation de sa jeune soeur. Pourtant, elle ne se voyait pas non plus demander cela à un total étranger, en qui elle n’aurait qu’une confiance limitée. Finalement, les dieux avaient fait se croiser à nouveau leur chemin afin que chacun y trouve un intérêt. Elle soupira sans avoir vraiment eu conscience d’avoir retenu sa respiration en attendant la réponse de son ami.

Elle hocha la tête soulagée, un léger sourire reconnaissant étirant adorablement ses lèvres. Elle allait à son tour se relever lorsqu’il la surprit en posant un genou à terre en lui prenant la main. Elle fronça quelque peu les sourcils, hésitant à lui retirer cette main qu’il venait de prendre… N’était-ce pas un peu trop familier ? Mais, elle n’approfondit pas son questionnement, qu’il la prend une nouvelle fois de court.

Sous son regard étonné, il joignit les mains en un geste qui ne laissait pas de place au doute quand à ses intentions. En réponse, presque instinctive, elle vint envelopper avec douceur les mains de son ami des siennes. Elle n’avait jamais pratiqué un serment de vassalité. En revanche, elle avait assisté à ce rituel un millier de fois lorsque son père était encore en vie. Elle n’avait pas envisagé qu’un jour elle devrait s’y prêter. Une première fois qui lui faisait prendre conscience qu’elle était l’unique seigneur de sa baronnie. Elle espérait que l’homme ne sentait pas ses mains légèrement trembler sous le coup de l’émotion et du malaise que cela faisait naître en elle. Elle reprit complètement contenance qu’à l’entrée du dénommé Ellias.

Elle se mordit nerveusement la lèvre inférieure tandis que leur regard se croisait et qu’il récitait son texte. Puis vint son tour. Saurait-elle se rappeler sans se tromper ? C’était trop tard pour se poser la question, il fallait se lancer.

- Moi Eliana de Lanzaniebla, baronne de Lanzaniebla… Je jure en ma foi des Trois d’apporter mon aide au Sir Alrigo de la Roca, toujours et sans tromperie. Je veillerai à sa prospérité, et lui offrirai asile et protection contre ses ennemis. Je lui prodiguerai conseil et assistance dans les temps de besoin.

Si la baronne se souvenait exactement comment devait se terminer le rituel, elle n’en dit pas un mot. Et, si elle avait vu l’hésitation de son ami, là encore elle n’en montra toujours rien. En fait, elle accueillit l’accolade avec un naturel étonnant. Elle recula tranquillement et lui sourit à son tour, une lueur espiègle brillant au fond de ses iris clairs.

- Ne faut-il pas le meilleurs pour la meilleure des baronnes ?

Elle fit un clin d’oeil et rit avant de reprendre son sérieux.

- Et maintenant que diriez vous de faire le tour de la demeure avant de partager un vrai repas ? Nous aurons le temps de voir ensuite votre départ pour retrouver ma soeur.
Codage by TAC

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Ouvrir
MessageSujet: Re: Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Roncin et la Haquenée (PV: Eliana)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rayder - Eliana
» « Eliana ▬ La reine, c'est moi
» Recensement du 30 janvier au 13 février
» Comment se retrouver dans la galère... Ou pas.
» The night is dark and full of terrors ~ Eliana & Calista

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Outils de modération
 
Sauter vers: