La Guerre de Durdinis [Event]
NouveauRépondre


La Guerre de Durdinis [Event] ─ Lun 13 Mar - 19:19
avatar
Annonce d'event


L'appel de Durdinis

Ce mois de mars est maussade pour les seigneurs d’Eurate. L’empereur a sommé ses seigneurs de lever les impôts et les armées pour lutter contre l’invasion Thoréenne. Ceux qui n’ont pas encore de seigneurs se trouvent enrôlés presque de force et ceux qui ne se sentent pas intéressés subissent le climat tendu instauré par cette guerre. Alors que les seigneurs se regroupent et préparent leur troupe pour partir à Durdunis, d’autres s’engagent d’eux même, car il est temps que cela cesse.


*****

Quoiqu’il en soit c’est à Durdunis, au pied de l’échine des dieux que L’empereur attend ses renforts et ses seigneurs, nuls ne peuvent se soustraire à l’appel. Seigneurs, préparez vos citoyens à la guerre, emmenez vos clercs que ce soit pour soigner ou pour bénir. Pour les étranger (surtout les Thoreens) c’est sous la tutelle d’un seigneur que vous pourrez participer et seulement à cette condition.


*****

Retrouvez-nous-en avril pour le premier grand Event de l’année. Beaucoup de surprises et de récompense pour les plus assidus, inventif de nos rolepalyeur.


Petit mot des MJs

À partir de maintenant jusqu’au 12 avril, vous pouvez préparer le comment du pourquoi de votre départ à la guerre. Le 13 avril, les MJs posteront votre arrivée dans le camp. À partir de là, ils répondront une à deux fois par semaine à l’Event.


*****

Vous pouvez vous inscrire pour l’Event à la suite du sujet maintenant afin que nous puissions prévoir les unités présentes pour chacun d’entre vous.


*****

Une fois l’Event lancé, sauf indication contraire, vous n’êtes plus maître que de votre personnage et le Staff gérera les PnJ. Il vous est fortement conseillé de collaborer entre vous afin d’espérer obtenir une récompense digne d’intérêt. La victoire ne peut être individuelle dans cet Event. Faites également attention à vos actions, car il n’est pas improbable que vous preniez un mauvais coup, après tout, si vous savez taper, un PnJ hostile le peut aussi.


Re: La Guerre de Durdinis [Event] ─ Mer 14 Fév - 11:25
avatar
Résumé de la guerre de Durdinis

L’Empereur Hauer Bjarkison avait fait appel à l’aide des Ducs afin de faire face aux invasions de plus en plus importantes des Thoréens. L’armée seule de Durdinis n’arrivait plus à endiguer le peuple de barbares qui s'emparait peu à peu des terres euratiennes. Les Durdiniens arrivaient donc en masse aux portes de la capitale Vermengard, souhaitant rester sous la protection euratienne. Ainsi, commença la guerre contre la Thorée. On vit se réunir - et ce depuis longtemps - le Duc de Volg, la Duchesse de la Croix des Espines, le Duc de Néra et la régente du jeune Duc de Mellila - représentée par leur Ministre Cristobal de Corduba - ainsi que les Comtes de chaque Duc accompagnés de leurs troupes respectives.
Après un rapide état des lieux grâce aux éclaireurs du seigneur Arpad de Posvany, l’ost se décida pour une tactique simple : les principales armées terrestres iraient libérer Nilfheim, à l'ouest - l’objectif principale de cette guerre -, tandis que les armées marines comme celles du seigneur Hervé de Kaernohran et de ses voisins iraient libérer l’île de Krön, au large des terres du Sud.


*****

Les premiers, prêt à effectuer un siège, se retrouvèrent finalement à poursuivre une armée de barbares en fuite vers Orieelstaad, une cité plus à l’est encore de Durdinis. Les armées décidèrent alors de se séparer: celle de Mellila s’occupait de sécuriser la ville reprise de Nilfheim, l’armée de Néra occupait les routes menant à la cité - permettant ainsi d’éviter le retour de l’armée thoréenne, et l’ost de Volg et de la Croix des Espines étaient l’avant garde euratienne, poursuivant les barbares dans les collines. Toutefois, tout ne se passa pas aussi bien que la fuite des barbares l'augurait. L’avant garde euratienne qui suivait à la base les quelques bateaux Thoréens en fuite sur le fleuve, se retrouva très vite face aux bataillons de barbares qui avaient cessés d’assiéger Nilfheim - afin de mieux combattre dans les plaines boueuses à cause des récentes pluies. Le combat s’engagea et créa des pertes importantes dans les deux camps. Ainsi, les troupes du Ducs de Néra vinrent au secours des troupes de Volg et de la Croix des Espines.
Cependant, les barbares se replièrent sur une colline et barrèrent l'avancée des troupes euratiennes à coup de déluges de flèches. L'avant-garde envoyée en amont vint alors aider elle aussi et pousser les Thoréens à avancer dans les plaines, se faisant alors massacrer par les cavaliers euratiens et les archers expérimentées de Volg. Cependant les barbares étaient pleins de ressources et des cavaliers venue de Thorées, embusqué plus haut dans les terres de Durdinis, s'attaquèrent à l'avant-garde euratienne, rendant le combat difficile car effectué sur deux flans.
Malgré cela, les Thoréens finirent par fuir, et cédèrent enfin Nilfheim aux libérateurs euratiens. Et même si les pertes était importantes chez les troupes de Volg et de la Croix des Espines, le moral était présent et les soldats avaient retrouvés leur énergie malgré les longues heures de combats qu'ils venaient de vivre.


*****

Pendant ce temps sur l'île de Krön, les hommes de la mer se préparaient à attaquer. Le plan était simple : prendre en tenaille les Thoréens. Une flotte au sud de l'île, à Tangeld, déposait à terre des hommes dans le but de massacrer le plus de barbares sur leur propre territoire, et rejoindre ensuite la cité de Batu, au nord. A cet endroit précis, un leurre était déjà en place, un seul navire ayant pour but de rendre méfiant l'ennemi, et d'attirer son attention. Les navires thoréens étaient près à attaquer, mais se firent surprendre par la véritable flotte euratienne. Ainsi prise par surprise, la flotte impérial n'avait plus qu'à attaquer Batu au levée du jour, commençant l'action de libération de l'île de Krön. Et alors que la bataille faisait rage et que les pertes commençaient à être nombreuses autant chez les troupes impériales que dans les rangs de Thorée, les soldats venu du Sud débarquèrent et prirent les envahisseurs à revers. Cependant, même si le combat sembla pencher en faveur des attaquants, les Euratiens se rendirent vite compte que le combat n'allait pas être égal très longtemps. Une flotte gigantesque thoréenne sortit des tréfonds de l'horizon. Mais c'est décontenancé que les soldats et les marins de Corduba et de Kaernorhan observèrent cette flotte avancer sans même les attaquer, se dirigeant vers l'est et les côtes Durdiniennes.
Très vite, et ce malgré la victoire notoire des Euratiens à Batu, on se rendit compte que la flotte barbare se dirigeait vers Vermengard, et n'en avait donc cure de combattre pour reprendre l'île de Krön. La flotte impériale se dépêcha donc de reprendre la mer après sa victoire.


*****

Avec la capture de prisonniers thoréens à Nolfheim, on apprit rapidement que les différents clans Thoréens avaient réussis à être réunis et fédérés par un chef de guerre du nom de Herulf le « Loup Guerrier », qui était bien décidé à reprendre Durdinis sous prétexte qu'il était le dernier héritier des anciens Rois Durdiniens.
Et les choses n'allaient pas en s'améliorant. Des éclaireurs et soldats rescapés rejoignirent les troupes d'Eurate au nord, afin de prévenir de l'attaque et du siège terrible que subissait désormais Vermengard. Mais alors que les chefs euratiens avaient souhaité défendre leur position, ils devaient désormais concevoir que ce serait impossible, et qu'ils devraient retourner à la capitale afin de défendre la famille impériale et leur empereur.
Ainsi, à la capitale, on marchandait la liberté des civils. Mais le Loup-guerrier n'était pas décidé à être miséricordieux. Le seul choix qu'il laissa aux habitants de Vermengard était de libérer les prisonniers de son peuple et de laisser la ville aux Thoréens, ou de mourir sous le fer de ses hommes.
Sur l'île de Krön, les Euratiens ne purent tenir leur position très longtemps devant l'hostilité des envahisseurs restant et la passivité des habitants. Ils durent reprendre la mer et rentrer, ayant échoué à garder l'île sous le joug impériale.

Et quand enfin l'armée euratienne au complet se retrouva de nouveau devant Vermengard, la déconvenue fut totale. On attaqua le campement Thoréens aux premières lueurs du jour, mais les soldats Posvanéen – pour la plupart – se rendirent vite compte du canulars : le campement était vide ! Très vite, l'armée d'Eurate dut essayer un déluge de flèches venant des remparts de la capitale. Une journée de combat fut essayée où l'ost tenta de reprendre les portes de Vermengard, en vain. Une nouvelle tomba dans la journée : le palais impériale avait été attaqué, la famille impériale ainsi que leur serviteurs restaient entre les murs, avaient été massacrés. Les derniers bourgeois et nobles euratiens résidant encore à la capitale avaient donc préféré fuir dés la nouvelle tombé, délaissant la ville, les derniers habitants et l'armée qui venaient les libérer.
Une autre bataille se produisit alors, au sein même de l'armée des Ducs – car il n'y avait plus qu'eux. Devait-on se rendre, ou se battre ? Devait-on venger l'empereur ou sauver les derniers habitants et ramener les prisonniers ? Finalement, le choix fut fait : on signa le cessez-le-feu, on en enterra les morts, on récupéra les prisonniers, on rapatria les défunts les plus éminents afin de leur offrir un cérémonie correct à la hauteur de leurs exploits, et l'ost rentra à Eurate.

Ainsi l'on perdit Durdinis et le premier Roi Thoréens depuis de décennie reprit le pouvoir sur ce territoire : Herulf le « Loup Conquérant ». Seul quelques terres à l'est de Durdinis restèrent Euratiennes. Et, après la mort de l'Empereur, on décida d'élire un nouveau suzerain. Ce fut la Duchesse Anémone de la Croix des Espines qui hérita ainsi du titre.