Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée]
NouveauRépondre


Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Mer 27 Juin - 20:03
avatar

Domitille Talewee


“ L'honneur est l'image de la vertu, de même que l'hypocrisie en est le masque”




24 ans
Originaire de Acala (comté de Mellila)
Vassalité : Audace Haute-Lune
Statut social : Bourgeoise
Son métier : Tailleuse



Caractère


Décrire la personnalité de Domitille n'est pas une tâche aisée, tant son attitude peut varier selon son interlocuteur. De premier abord, elle apparaît comme une femme souriante et serviable. Chacun de ses mots est mesuré, et elle laisse rarement ses pensées s’exprimer lorsqu’elle est en public. Cela fait bien longtemps qu’elle a appris à calquer son attitude sur celle des autres afin de mieux s’intégrer. Il n’est donc pas rare qu’elle fasse preuve d’hypocrisie afin de parfaire son image aux yeux des autres. Pourtant, dès qu'on la connait bien, on peut lire dans ses yeux les pensées qui l'habitent comme dans un livre ouvert. Elle n’a pas grand-chose de la jeune fille vertueuse. Turbulente et boudeuse, il s’agit également d’une femme qui n’aime pas obéir aux ordres, d’autant plus quand elle ne les comprend pas. Ce n’est pas pour autant qu’elle refusera d’obéir, car elle est bien trop soucieuse de son image pour cela, mais elle préfèrerai de loin être à la place de celui qui les donne. C’est l’une des raisons qui la poussent à se surpasser dans l’espoir d’améliorer sa condition.

Domitille sait se montrer calme et concentrée quand la situation l’exige, ou bien si elle est vraiment passionnée par une activité (comme la couture par exemple). Elle aime apprendre, et se surpasser dans les domaines qui lui plaisent. Pour autant, elle peut se montrer très têtue : persuadée d’être la meilleure dans beaucoup de contextes, elle déteste avoir tort et n’écoute que très difficilement l’avis des autres, la seule exception étant lorsqu’elle est dans un état d’esprit d’apprentissage.  Il semblerait que les seules personnes dont elle écoutera toujours l’avis sont ses frères qui représentent énormément pour elle. Il lui arrive parfois de tomber le masque de la jeune fille studieuse pour se laisser aller à quelques folies, ou bien courir dans les champs comme elle le faisait plus jeune. Ce sont de petits moments très précieux pour elle, bien qu’elle ne supporterait pas que quelqu’un la surprenne. Au fond, elle restera une éternelle enfant.

Globalement, Domitille est une personne fière et orgueilleuse quand il s’agit de ses compétences. Elle aime être flattée sur son intelligence ou son talent, et ne connait pas la modestie dans ces cas-là. Pourtant, elle se montre sous un jour totalement différent lorsque l’on aborde son physique. Persuadée d’être banale, voir laide, elle esquive rapidement le sujet et ne supporte pas les compliments, convaincue qu’il s’agit plus de pitié que de réelle admiration. Il peut même lui arriver de se mettre en colère pour cela, chose qui n’arrive quasiment jamais d’ordinaire. La brune préfèrera toujours jouer l’indifférence plutôt qu’entrer ouvertement en conflit, allant même jusqu’à jouer totalement la carte de l’hypocrisie.

La brune a horreur qu'on la voit dans un état de faiblesse. Elle n'est pas du genre à rêver de se faire secourir par un beau prince charmant, et aime se débrouiller par elle même. Elle aura toujours du mal à demander de l'aide, mais saura accepter une main tendue si elle en ressent le besoin. La plus grande peur de la jeune femme reste le vide : elle est tétanisée dès qu'elle se trouve à plus de 2 mètres de hauteur, et devient alors incapable de prononcer le moindre mot. Il lui est même arrivé de s'évanouir tant l'émotion était trop forte pour elle. Et si vous la voyez dans cet état et que vous l'aidez, elle saura vous remercier mais concervera toujours une part de honte de s'être livrée à nu aussi facilement. Une autre de ses faiblesses repose sur ses connaissances. Domitille a apprit à compter, à lire et à écrire pour pouvoir tenir les comptes de l'entreprise familiale, mais son écriture est maladroite, voir enfantine. Elle n'est capable de lire que des mots simples, buttant sur chaque syllabe lorsqu'ils sont trop compliqués. Cela la complexe, surtout depuis qu'elle cotoie la cour du baron Lune-Argent, et elle souhaiterai s'améliorer sur ce point.

Finalement, Domitille reste une femme qui fait tout son possible pour rester mystérieuse, refusant que n’importe quel inconnu pénètre son cercle privé. Oh, elle ne vous rejettera pas ouvertement, et vous fera même croire que vous découvrez quelques secrets à son sujet, mais sa véritable nature est bien plus compliquée à dévoiler. Pour autant, une fois que vous avez gagné sa confiance, elle se dévouera corps et âme s’il le faut pour vous aider. Amie fidèle, elle sait traiter ses proches avec respect et tendresse, et n'a dans ces cas là pas peur de se livrer avec honnêteté. Attention cependant, car sa rancune peut être tenace, et elle saura vous le faire payer si vous abusez de sa confiance ou si vous la trahissez.



Physique


Domitille était le genre de fille à toujours se trouver trop ... tout. Trop grande, trop mince ou trop grosse, trop pâle, et même trop brune. Pourtant, même si sa beauté n'était pas à couper le souffle, ses attributs n'en étaient pas moins agréables à regarder.

Plutôt grande pour une femme de cette époque, elle dépassait la plupart de ses congénères d'une demi-tête. Malgré cela, ses formes féminines et généreuses ne laissaient aucun doute quant à sa condition. Si elle aurait préféré naître plus menue, elle ne manquait cependant pas une occasion de se mettre en valeur. Ses mains, bien que fines et délicates, étaient recouvertes de toutes petites cicatrices notamment au niveau des doigts, souvenirs des nombreuses heures passées aiguille à la main.

Lorsque Domitille se regardait dans le miroir, elle ne voyait que ses défauts. Certes, son nez était retroussé, et sa peau parsemée de légères tâches de rousseur. Ses lèvres étaient peut être un peu épaisses, et ses yeux un peu trop rapprochés ... Mais plus d'un auraient trouvé ses lèvres pulpeuses et colorées, sa peau lisse et délicate, et son nez fin. La pâleur de sa peau lui donnait un air de poupée, et tranchait avec la couleur chaude de sa chevelure. Ses pommettes hautes laissaient apparaître une petite fossette lorsqu'elle souriait sincèrement.

Ses prunelles noisettes perdues au milieu de ses yeux en amande reflétaient une mélancolie qu'elle ne prenait même plus la peine de dissimuler. A quoi bon, après tout ?  Car si ses mots et ses douces paroles pouvaient en tromper plus d'un, ses yeux restaient le reflet de ses réelles pensées, et quiconque la connaissait assez savait quand elle mentait. Elle ne manquait pas d'adresser sourires et politesses, mais elle gardait les sourires sincères pour quelques moments d'exception.

La jeune femme n'était fière que d'une chose en regardant le miroir : sa longue et soyeuse chevelure brune qui venait se perdre dans le creux de ses reins. Elle prenait soin de la brosser chaque matin, et ne manquait pas de la baigner aussi souvent que possible avec divers produits fortifiants. Lorsqu'elle avançait d'un pas décidé, ses boucles soyeuses virevoltaient derrière elle, donnant un aspect aérien à sa démarche déjà gracieuse. Il n'était pas rare cependant de la voir affublée de coiffures sophistiquées.

Outre le soin qu'elle apportait à sa coiffure, Domitille ne mettait pas moins d'efforts dans le choix de ses tenues. Se considérant comme une femme ordinaire, c'était pour elle le seul moyen d'attirer les regards et de se mettre un peu plus en valeur. En tant que tailleuse de la famille Talewee, elle se devait d'exposer ses créations aux yeux du plus grand nombre. Et quoi de mieux pour cela que de porter des robes confectionnées par ses soins ? La jeune femme n'hésitait pas à montrer des tenues voyantes et luxueuses, mais prenait soin de toujours laisser les plus belles robes à ses clientes afin de ne pas les offenser, car elle ne connaissait que trop bien la susceptibilité des femmes de la noblesse. Au delà de l'aspect purement commercial de sa démarche, Domitille essayait par le biais de sa garde robe de se rapprocher de la noblesse, vie qu'elle convoitait plus que tout au monde.



Histoire



~~~~~~~~Prélude~~~~~~~~

La famille Talewee était connue à travers tout Eurate pour ses vêtements luxurieux. Implantée dans le royaume depuis déjà plusieurs siècles, l’on racontait que l’origine de l’entreprise familiale remontait à plus de trois générations, en témoignaient les portraits de leurs aïeux affichés sur les murs du manoir familial.  Les Talewee se transmettaient leur histoire oralement, ce qui pouvait donner lieu à quelques incohérences. Mais tous s’accordaient à dire que le premier tailleur de la famille était parti de rien, avant de constituer petit à petit sa réputation et sa fortune. Aujourd’hui, la famille Talewee comptait plusieurs ateliers secondaires répartis aux quatre coins de Mellila, et dans plusieurs domaines d’activité : teinture, broderie, tissage et confection de vêtements. Les membres les plus importants de la famille possédaient un pécule qui ferait pâlir de jalousie les nobles les plus modestes.

Geofroy Talewee naquit peu avant l'émancipation du Royaume de Feynes. Enfant lunatique et capricieux, il grandit entouré de ses parents et de ses oncles et tantes dans un grand manoir situé non loin d’Acala. Poussé par une ambition démesurée et l’appât du gain, il n’hésita pas à s’investir dès son plus jeune âge dans l’entreprise familiale. Plus intendant qu’habile tisserand, il développa l’activité de la famille en dehors des frontières du comté de Mellila en envoyant ses frères et sœurs fonder leurs propres ateliers dans d’autres comtés, ce qui participa grandement à la réputation de la famille. L’aménagement des grandes voies impériales facilitait le déplacement des convois marchands, et donc le développement de la famille sur d’autres territoires. Il épousa Aliénor Mercier, fille d’un riche marchand de Sargarossa, s’assurant ainsi le soutien de son père. Elle était follement amoureuse de lui, et il apprit au fil du temps à l’apprécier, se surprenant même à éprouver un peu de tendresse à son égard. Finalement, c'est à l'âge avancé de 30 ans qu'il eut son premier enfant, Ulric Talewee, alors que les deux amants pensaient ne jamais engendrer de descendance.

Geofroy n’avais qu’un seul objectif : assurer à sa famille toujours plus de pouvoir, de puissance. Même s’ils n’étaient pas nobles, il avait l’ambition de faire entrer le nom de Talewee dans l’histoire par le biais des vêtements luxueux. Son rêve le plus cher était d’être à son tour anobli pour son dur labeur, mais il savait se donner des objectifs à sa portée. Ainsi, il travaillait d’arrache-pied pour faire partie de la congrégation marchande d'Eurate et obtenir un statut important en son sein.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Domitille était née aux premières heures du solstice d’été 1225. Enfant ardemment désirée et attendue par le couple Talewee, elle passa les premières années de sa vie dans le cocon familial près d’Acala entourée de ses deux frère : Léandre, de 2 ans son aîné, et Ulric, de 6 ans son aîné. Leur père, malgré tout l’amour qu’il leur portait, était très dur avec eux et exigeait l’excellence de la part de ses enfants. Aussi apprit-elle très tôt l’art de la couture, et termina son tout premier ouvrage à l’âge de 4 ans. Il s’agissait d’un mouchoir qu’elle avait brodé de ses initiales avec application, et qu’elle conserve encore aujourd’hui près d’elle.

Domitille était très proche de ses frères, car ils étaient chargés de veiller sur elle. Aliénor et Geofroy travaillaient tellement dur pour la réussite de leur entreprise qu’ils n’avaient pas le temps de s’occuper convenablement de leurs enfants. De plus, ils étaient très souvent partis loin de la maison afin de livrer leurs marchandises. Ils avaient bien engagé une nourrice, mais cette dernière abusait un peu trop de liqueur de mûre à la fin des repas, ce qui conduisit la fratrie à adopter un comportement très protecteur les uns envers les autres.

Les seuls moments que les enfants passaient avec leur parents étaient à l’atelier de couture où ils apprenaient les rudiments du métier de tailleur. Domitille se trouva être une enfant assidue et concentrée lorsqu’elle faisait ce qu’elle aimait, là où ses frères un peu plus turbulents avaient du mal à rester en place. Aliénor était fière de sa fille, et lui montrait chaque jour comment améliorer son art. Petit à petit, les doigts de la jeune fille gagnaient en adresse et en précision. Après avoir appris à broder, elle apprit à coudre les tissus entre eux et à suivre les patrons de ses parents. La brune aimait cette activité qui demandait calme et concentration, et apprenait très vite à se servir des aiguilles et du fil, même si les premières années furent difficiles pour ses doigts qui en portent encore les cicatrices aujourd’hui.

La maison de l’un des frères de Geofroy se trouvait près de Huesca, non loin de la côte, constituée à cet endroit du littoral de falaises escarpées plus que véritables plages. La nourrice emmenait souvent les enfants voir leurs cousins lorsque leurs parents s’absentaient, et jouer au bord de la mer, là où le vent soufflait assez fort pour faire s’envoler les cerf-volants. Domitille, alors âgée de seulement 9 ans, adorait les voir virevolter dans le ciel, bercés par les houles qu’apportait la marée. Un matin d’été, alors que l’orage menaçait de tomber, la petite fille exigea d’aller jouer près de la falaise. Mais ni sa nourrice ni ses frères n’acceptèrent, jugeant le temps trop mauvais pour sortir s’amuser dehors. La brune avait toujours été d’un naturel têtu, et n’était pas ce qu’on pouvait appeler une enfant obéissante. Refusant d’écouter sa nourrice, elle profita d’un instant où elle eut le dos tourné pour s’éclipser par la porte de derrière, cerf-volant à la main. Elle n’avait qu'un ou deux kilomètres à parcourir avant d’atteindre la falaise, et elle connaissait le chemin par coeur. Le vent soufflait si fort que ses jupons l’entrainaient vers le rivage, ce qu’elle trouvait fort amusant.

Arrivée sur place, elle déploya le jouet non sans difficulté, ses cheveux virevoltant atour de son visage l’empêchant de voir correctement. Les yeux rivés sur l’objet qui s’élevait de plus en plus haut, elle ne remarqua pas qu’elle se rapprochait petit à petit du bord. Mais vint une bourrasque de vent bien plus forte que les autres, qui l’entraîna sans qu’elle puisse s’y opposer vers le précipice. Poussant un cri aiguë, elle lâcha la ficelle au dernier moment mais glissa sur le bord de la falaise. Fort heureusement, elle tomba un mètre en contrebas sur une corniche juste assez grande pour trois petites filles comme elle. La fillette était trop petite pour atteindre la terre ferme, et avait trop peur pour tenter d’escalader le mur qui la séparait de la sécurité. Domitille passa trois longues heures qui lui parurent une éternité à attendre, blottie contre la paroi de la falaise, sanglotant toutes les larmes de son corps, fixant le vide, avant que son frère Léandre la retrouve enfin. Tout s’enchaîna très vite ensuite : la nourrice fut appelée en renfort et, à l’aide d’une corde, l’aida à remonter. Tremblante et grelottante, elle ne réussit pas à dire un mot avant le lendemain matin. La nourrice fut aussitôt renvoyée, et remplacée par une autre plus jeune et plus compétente, qui n'abusait pas d'alcool cette fois. Depuis, la jeune femme garde une peur panique du vide qu’elle est incapable de contenir.

Après cet incident, Geofroy et Aliénor décidèrent d'emmener leurs enfants dans tous leurs déplacement, n'arrivant plus à avoir suffisamment confiance dans leurs employés. Ce fut alors l'occasion pour Domitille de découvrir de nouveaux paysages et de nouvelles cultures. Elle se souvenait de la prudence que prenait ses parents à chacun de leurs voyages, car la rumeur courrait qu'une bande de voleurs faisait des ravages dans tout l'empire. Il n'était pas rare qu'ils dussent utiliser de vieux habits afin de se déguiser et passer inaperçu, jeu qui amusait beaucoup la jeune fille. Elle comprit alors que les masques que l'on porte pouvaient s'avérer plus qu'utile afin de servir ses desseins, et qu'il était sage d'apprendre à les utiliser. En même temps, la brune continuait à améliorer ses talents de tailleuse. Son esprit inventif lui permettait d'avoir de nouvelles idées qui aidaient beaucoup ses parents, et elle se découvrit un talent de créatrice. Elle aimait plus que tout créer ses propres vêtements, et non se contenter de suivre un patron.

L'arrivée du rouet à Eurate changea totalement la manière donc la famille Talewee confectionnait ses habits. Les tissus étaient plus faciles à fabriquer, moins chers aussi. Les tailleurs se développèrent alors très rapidement, et Geofroy dû trouver un moyen de ne pas perdre de son prestige. Aussi décida-t-il de s'installer définitivement au service d'un ou deux seigneur, près de qui il vivrait comme il était courant de le faire à cette époque. En effet, de nombreux nobles conservaient auprès d'eux leurs meilleurs tailleurs afin de s'assurer une garde-robe complète et unique. La petite famille entra alors au service du baron Lune-Argent dans le comté d'Uzé. La maison familiale fut vendue et le personnel rapatrié dans leur nouvelle demeure.

Plongée dans l'univers de la cours, Domitille fut rapidement fascinée par la vie des nobles et des seigneurs. Ils passaient leurs journées à vaquer à diverses occupations, ne travaillant que peu. Et pourtant, ils avaient tout pour eux. Le château dans lequel elle vivait à présent était si grand qu'elle se perdait très régulièrement. Même si elle était habituée au luxe, elle se mit à rêver de pouvoir. Mais si elle était à présent en âge de se marier, elle savait que jamais elle ne pourrait élever sa condition en épousant le premier venu. Non, elle devait d'abord gagner en prestige, au point de se faire anoblir. C'était là son principal objectif à présent. Aussi se mit-elle à repousser tous les prétendants se présentant à elle. L'amour devint une chose futile à laquelle elle se refusait de penser.

Domitille se retrouva bientôt seule héritière de l'affaire familiale. Léandre s'engagea dans l'armée en tant que soldat lors des conflits de 1244 et refusa de figurer sur le testament de son père, préférant passer sa vie à protéger les plus démunis. Ulric quant à lui appartenait aux ordres du Trimurti depuis l'âge de 22 ans, et s'était rallié au Sattvisme depuis peu, décidant par la même occasion de transformer son âme et son corps en se détachant de tout bien matériel. Seule restait la brune, fidèle auprès de ses parents. Elle aussi aidait les plus démunis, en faisant la charité aussi souvent qu'elle le pouvait. Elle aussi était au service des dieux, en priant tous les jours assidûment. Mais sa soif de pouvoir était plus forte que son empathie ou sa foi. Au fil des années, à force d'écouter et d'entendre les seigneurs discuter entre eux de politique et d'étiquette, elle parvint à accumuler quelques connaissances précieuses pour la suite de ses projets.

En 1248, la peste qui ravagea le pays n'épargna pas cette fois ci le foyer Talewee. S'ils avaient traversé toutes les épidémies jusqu'ici sans séquelles, Aliénor succomba à la maladie en décembre. Ce fut un véritable drame pour la famille, qui se réunit pour son enterrement. Dévastée, Domitille dû assumer les responsabilités administratives qui incombaient jusqu'ici à sa mère, et soutenir son père au quotidien. Ce dernier se faisait vieux, et laissait ses employés s'occuper des tâches manuels quand lui supervisait le tout. Dans le même temps, il s'occupait de transmettre tout son savoir à sa fille, sachant qu'il ne lui restait plus beaucoup d'années à vivre.




Compétences




  • Artisanat (couture) - Niveau 3

  • Artisanat (broderie) - Niveau 3

  • Persuasion - Niveau 2

  • Politique - Niveau 1

  • Étiquette - Niveau 1

  • Administration - Niveau 2



  • Derrière l'écran




    Êtes-vous majeur ? Voui !
    Avez-vous lu le règlement ? Validé par le chroniqueur(code dans les règles du jeu)
    Comment-êtes vous arrivé sur Les Serments d'Eurate ? Par des amis qui séjournent déjà parmi vous :3
    Une suggestion ? Peut être préciser au niveau de la fiche de présentation qu'il faut vérifier que le mode d'édition est bien le bon :p C'est une option qui peut d'ailleurs être activé de base pour tout le forum si je ne m'abuse :3 Sinon aucune pour le moment ^-^
    Ce personnage est-il un DC ? Si oui, de qui ? Nyon !





    Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Mer 27 Juin - 20:24
    avatar
      Merry Beauregard
      Conseillère
      Bienvenue Very Happy
      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Mer 27 Juin - 20:39
      avatar
      Bienvenue ♡


      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Jeu 28 Juin - 21:21
      avatar
      Merci pour vos messages de bienvenue <3
      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Lun 2 Juil - 17:21
      avatar
      Bienvenue à toi parmi nous ! Je serais ravie de RP avec ton personnage qui a une histoire fort intéressante ! Wink


      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Mar 3 Juil - 12:09
      avatar
      Merci, même si elle va être légèrement remaniée :3
      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Jeu 5 Juil - 12:52
      Bon courage pour ta fiche.
      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─ Ven 6 Juil - 8:09
      avatar
      Merci Soléane o/ Ma fiche est officiellement terminée :3
      Re: Domitille Talewee, pour vous servir ! [Terminée] ─
        Contenu sponsorisé