Le Monde d'Ezantos [Prologue]
NouveauRépondre


Le Monde d'Ezantos [Prologue] ─ Sam 14 Avr - 13:03
avatar
Monde d’Ezantos :
Prologue :



« Qu’as-tu Balthazar ?


Le vieil homme grisonnant regarde alors autour de lui. Son regard bleu azur se fixe alors sur un homme avec une longue barbe blanche comme ses longs cheveux. Il était vêtu d’une robe lui arrivant aux pieds tout aussi blanche. Son regard vert perçant semblait amical mais on avait l’impression qu’il pouvait également vous pétrifier. Il avait l’air soucieux, peut être que la mine qu’avait Balthazar en était la cause. Ses fins sourcils étaient déployés dans une expression inquiétante tout en fixant le vieil homme.


« N’avez-vous pas ressenti Maître ?


« Que ce passe t-il ?  demande le blanc homme avec un ton neutre cette fois-ci.
Balthazar dit alors tout en tripotant une bague en argent avec un quartier de lune gravé dessus qui se situait sur son annulaire de sa main ridée droite.


- J’ai eu une vision pendant un instant. Cela n’a pas duré longtemps, non, mais …


- Mais ?  Interrompit l’homme.


-J’ai cru voir un homme … un Orc certainement. Il avait le teint sombre et il portait un épais livre entre ses mains.


- Comment ?


- Cela devait être un grimoire. Il y avait des runes magiques tout autour et des pierres noires. Sûrement des Rubarks…


-Hm… 



Le teint de l’homme avait pali. Il était aussi blanc que ses cheveux et sa barbe. On aurait dit un fantôme. Il se leva alors et envoya une gerbe de flamme de son index droit vers une lanterne au dessus d’eux.

La pièce où ils se trouvaient était plutôt sobre. Les murs étaient en vieux bois marron. Les rideaux rouges étaient fermés devant une grande fenêtre qui ne reflétait pas la lumière du jour. Les deux hommes étaient au centre de la pièce, assis sur des coussins.
Balthazar se leva alors à son tour et dit tout en regardant son maître.


-Vous ne pensez tout de même pas à ce que je pense, maître, si ?


-Je ne sais pas. Le Livre est gardé par les Gardiens du Savoir dans la Citadelle.


Le vieux mage haussa un sourcil et dit :


- Vous pensez à une vision du futur ?


-Du futur, du passé. Le Livre fût dans les mains de nombreuses Peaux-Vertes dont Thrall Rageterre, l’Orc qui attaqua Eredia lors de la Guerre du Chaos. Magmar également mais c’était un démon et il est mort.  Les visions ne sont pas toujours exactes, Balthazar. La magie peut parfois jouer des tours.


-Vous n’êtes pas si sûr, on dirait.


Le Mage Blanc alla à une table près de la fenêtre et prit un parchemin qu’il avait déroulé avant d’accueillir Balthazar une heure plus tôt.


-Le Roi Tief III m’a fait savoir que ses espions ont découvert qu’une importante flotte s’amasse dans la mer de Lokaz, si cette flotte est hostile, elle attaquera sûrement les côtes Eloniennes.


-Mais en quoi cela concerne ma vision ?


L’homme regarda alors le vieil homme et lui tendit le parchemin :


-C’est une flotte orque.


-Quoi ?


Il prit alors le parchemin et commença à le lire avec attention.


-Des orcs. Cela fait bien longtemps qu’ils n’ont pas bougés de leurs terres depuis qu’ils ont failli disparaître en 1000 à cause de la Guerre des Peuples.


L’homme hocha la tête et dit tout en prenant un autre parchemin :


-Les Orcs ont un nouveau Seigneur de Guerre, un Empereur déchu.


-Ce n’est plus Garathar Marteau-De-Guerre ?


-Non. Il est mort. Tué par ce même nouveau Seigneur de Guerre. D’après les Nains Kargash, c’est un être sombre. Un être qui aurait la bénédiction du Dieu de la Mort, lui-même.


Balthazar avait pâlit également. Il regarda son maître stupéfait et dit :


-Je croyais que les Dieux avaient arrêtés de nous parler depuis maintenant un siècle ?


-Oui, j’ai moi-même du mal à communiquer avec mon Père, Akbeth.


Cela faisait toujours bizarre à Balthazar d’entendre dire que son maître, le grand Aaron de Blancheville, était le fils du Dieu de la Lumière, de la Justice Divine et du feu sacré. Cela était d’autant plus étonnant que ce dernier avait 1500 ans. Il était ni vieux ni jeune d’apparence, non. Il semblait figé dans le temps.


-Et Célestia ?


-Toujours fermée mon ami. Toujours fermée. Rashon, Roi de la Cité et des Dieux ne souhaite pas me voir, cela se comprend. J’ai mis à mal son plan lors de la Guerre du Chaos et de toute manière, il ne supporte pas les enfants d’Akbeth.


-Mais qu’est ce que tout cela signifie alors ?


­-Cela signifie que la guerre est proche. Que le sang va se remettre à couler. Que Rashon à trouvé un nouveau plan pour détruire les peuples de ce monde pour qu’il puisse créer un monde à son image. Cela veut dire que la fin du Temps est arrivée. Une nouvelle ère va commencer.


-Le Voile ?


-Le Voile de Rashon est en marche. Je pars immédiatement pour la Citadelle, Balthazar, tu dois préparer les mages de Blancheville au pire, ne dit rien. Il vaut mieux qu’ils restent dans l’ignorance.


-Bien Maître. »


Puis il partit rapidement hors de la pièce laissant là, un Balthazar pétrifié par la nouvelle..


Re: Le Monde d'Ezantos [Prologue] ─ Sam 14 Avr - 13:07
avatar
Chapitre 1 : Une menace qui plane



Aaron de Blancheville était partie tôt de la petite ville côtière Elonienne pour se rendre à la Citadelle magique se situant à Arkan, la capitale Arkanienne se situant à l’autre bout du continent et quoi de mieux pour réfléchir qu’un long vol à dos de griffon.


L’archimage avait ordonné à son apprenti, Balthazar Blake, un mage du Conseil de la Flamme d’Akbeth de mener les activités habituelles de l’académie de Blancheville.


Le vieux mage avait accepté bien sûr, mais cela le perturbait au plus haut point. Si Blancheville tombait, la Magie en serait affectée, car cette ville était le commencement de la magie, c’est ici qu’elle est apparut pour la première fois avec son premier disciple : Aaron de Blancheville. Il devait, si les peaux – vertes attaquaient cette ville, la protégeait même si il devait y laisser la vie.



Nous étions en l’an 1400 au mois de Zéphyr*, les brises marines étaient douces, elles disséminaient aux quatre coins de la petite ville l’odeur salée de la mer qui n’était pas loin des petites fortifications entourant la ville. Les paysans allaient travailler en dehors du mur protecteur de la petite cité mais sous la surveillance des soldats Eloniens en armure dorée avec les armes du Roi Tief III : un sanglier d’or sur un fond vert.


Les citoyens vaquaient à leurs occupations ; les meuniers moulaient le grain, les pêcheurs vendaient leur trouvaille au marché, de la forge on entendait le marteau du forgeron tapait sur son enclume. Tout allait si bien qu’on ne penserait pas qu’une attaque pouvait avoir lieu ici, dans cet endroit pur.


Les mages vaquaient eux aussi à leurs occupations. De temps en temps on entendait des détonations suivies de lumières vertes, roses ou rouges du haut de la tour de l’académie où se déroulaient les cours de potions. Parfois, on voyaient des éclairs zébraient le ciel alors qu’il n’y avait aucun nuage d’orage, preuve que des élémentaristes s’entrainaient.


Balthazar, lui était descendu sur la plage avec son apprentie, une jeune femme de taille moyenne, plutôt de poids moyen, elle avait de longs cheveux brun et ses magnifiques yeux verts montraient un regard pétillant plein de vie. Elle était vêtue d’une tunique de cuir d’entrainement violette qui moulait ses fesses rebondies et sa poitrine.
Idéal pour les mouvements, mais pas très confortable quand on est à la vue de jeunes mages mâles en proie à leurs hormones. Sa tenue violette symbolisait son rang d’apprenti.


Elle devait donc avoir dans les dix huit années ce qui voulait dire qu’elle était majeure pour l’académie et donc en âge de choisir la voie de la magie qu’elle voulait étudier. La jeune femme avait tout d’abord à l’âge de seize ans choisi la voie de la magie généraliste mais … elle voulait du piquant et Balthazar avait vu son potentiel. Il l’avait donc prise comme apprenti et avait décidé qu’il lui apprendrait donc les mystères de la magie des éléments.


Le vieux maître était donc avec elle sur le rivage. Il commençait un petit entrainement matinal. Il planta alors son sceptre blanc dans le sable et leva les mains vers l’océan.

Blanche, car tel était son nom, regarda alors avec stupéfaction ce qui apparaissait au dessus de la mer.


Une boule aquatique s’était formée et Balthazar déplaça sa main droite et la boule se matérialisa en une forme de taille humaine. Un visage apparut alors et le mage baissa les mains.

On aurait pu penser que la forme aquatique serait tombée en flaque mais non, des jambes se matérialisa et il enjamba l’espace qui le séparait du sable.


Balthazar se tourna alors vers sa jeune apprentie et sourit.


« Un élémentaire d’eau mineur. Il est crée à partir de ma magie. Dès que je lui aurais ordonné, il disparaîtra. Un vrai élémentaire est difficile à contrôler pour un mage qui n’est pas entrainé. Tu es encore jeune, contrôler un élémentaire mineur sera un défi pour toi. Essais-donc. »


Blanche regarda son maître avec un haussement de sourcil, elle ne semblait pas comprendre. Avant qu’elle ne puisse le faire, elle se retrouva à terre, trempée jusqu’aux os.


« Tu ne dois jamais baisser ta garde, Blanche. Si cela aurait été un élémentaire de foudre, tu aurais fini à l’infirmerie. Relèves-toi ! »


La jeune femme vexait, se releva alors et enleva les cheveux qui étaient devant ses yeux de sa main droite. Au même moment, un jet d’eau salée fusa vers elle mais elle fit une roulade au moment où un trou se forma dans le sable.


« Un élémentaire mineur ?! Ce truc à la puissance d’un élémentari ! »

S’exclama-t-elle en se tournant vers son maître.


Balthazar se mit à sourire :


« Un élémentari te tuerait sur le champ. Cet élémentaire est magique. Il est n’est pas vivant au sens strict du terme. » Il montra l’élémentaire du doigt. « Tu devrais faire attention. »


Blanche se tourna alors avec un soupir et elle se baissa rapidement pour éviter un coup de poing aquatique qu’elle allait recevoir en plein visage et elle plaqua sa main gauche contre le sable chaud. Un violent geyser de sable frappa le monstre magique qui recula sous le choc.

La jeune mage sourit et fonça vers lui. Elle prit son élan grâce aux vents et sauta au dessus de l’élémentaire. L’atterrissage ne fût pas tendre au contraire, elle prit de plein fouet un jet d’au en pleine poitrine et tomba lourdement à terre.


« Blanche ? » demanda calmement le mage.


La jeune femme releva la tête. Son visage était mué en une grimace de douleur et du sable était collé sur sa joue gauche.


« C’est bon… » Dit-elle dans un murmure.


Elle se releva difficilement en toussant.


« Vous avez mis toute votre magie là dedans ?! » demanda-t-elle en touchant son torse douloureux.


Balthazar regarda alors l’élémentaire puis Blanche :


« Non. Juste assez pour que tu te sentes en danger de mort. Si tu ne peux pas le contrôler, fais ce qu’il y a à faire. »


Blanche soupira de plus belle puis l’élémentaire se remit en marche. Il envoya une boule aquatique vers la mage , cette dernière ne bougea pas mais elle leva les mains vers le projectile en criant. Cette dernière resta en suspend puis elle leva sa main droite vers le ciel et récita une incantation elfique :


*I my !°bn’ mo à m !°**


Un grondement de tonnerre se fit entendre et un éclair zébra le ciel. La main droite de la mage dirigea l’éclair vers la boule d’eau qu’elle envoya vers l’élémentaire qui commençait déjà à foncer vers elle. Il n’eut le temps de rien faire qu’il éclata en fines goutelettes.


« Eh bien voilà, ma jeune amie ! »


La jeune femme mit un genou à terre, elle semblait vidée par les efforts qu’elle venait de déployer pour vaincre ce monstre magique, elle avait pourtant l’habitude mais là, la magie qui animait l’élémentaire était puissante.


Balthazar s’approcha doucement de son apprenti et lui tendit sa main droite ce qu’elle prit avec force et se releva rapidement.


« Maître… allez y mollo sur la magie … s’il vous plait … »


Le vieux mage regarda alors le sable mouillé où se trouvait peu avant et dit tout en reportant son attention sur Blanche :


« La Magie est un art, Blanche.. Elle ne doit pas être ta seule corde à ton arc. Ce n’est pas une arme, tu ne dois pas compter que sur elle. Et fort heureusement pour toi que ton entrainement t’as sauvé la vie. Tu as su faire preuve de ton intelligence en détruisant cet élémentaire avec un mélange des éléments. »


« J’ai failli mourir ! »


« Tu n’aurais pas été tué mais il faut mériter son rang. Si tu ne peux pas battre ne serait-ce qu’un élémentaire magique que ferais-tu face à un démon ou un mage noir ? »


La jeune femme baissa la tête. Elle savait que son maître voulait l’aider mais elle n’aimait guère ces entrainements intensifs, elle pouvait bien apprendre à maîtriser les éléments sans devoir frôler la mort à chaque fois.



« Oui, Maître. Je ferais mieux la prochaine fois. »


« Je l’espère. »


Puis il se dirigea vers son sceptre toujours planté dans le sable fin. La boule de cristal en son centre brillait d’une étrange lueur blanche. Il fronça les sourcils et l’empoigna.

* « Allez ! Tous à vos pièces ! »


Un homme d’au moins un mètre quatre-vingt était sur le pont supérieur d’un navire. Il avait le teint vert foncé et était vêtu uniquement d’un bas de tunique en cuir avec un fourreau contenant un sabre à sa ceinture.
« Magnez-vous tas de lardons ! l’Empereur risque d’être mécontent si on rate l’effet de surprise ! »



La vision semblait se reculer, le paysage s’étirait et on pouvait y voir plusieurs dizaines voire des centaines de vaisseaux de guerre dans l’océan et au loin, des côtes. Elona ? Sûrement.


« Maître ? Maître ! »


Le retour à la réalité fût perturbant au départ, Blake ne savait pas si cela était réel ou non. Blanche, elle, était inquiète pour son mentor. Il était tombé lorsqu’il avait empoigné son sceptre et maintenant on aurait dit qu’il avait vu un fantôme, tellement qu’il était pâle.


« Vous allez bien, maître ? »


« Ça va … » Il se releva difficilement et regarda autour de lui.


« Que ce passe t-il Maître ? » demanda la jeune femme.


« Le Roi ! Il faut que je parle à Tief III, Elona … »


« Maître Mage ! » Appela une voix au loin.


Balthazar et Blanche se tournèrent alors en direction de l’homme qui avait appelé le vieil homme.


Un jeune homme dans la vingtaine allait en courant dans leur direction. Il avait une coupe en brosse et un visage anguleux. Il était vêtu d’une armure dorée avec les armes du Royaume d’Elona. Il avait également en main une lance qu’il avait du mal à garder en équilibre tout en courant.


« Que ce passe t-il ? » demanda Blake.


Le jeune homme s’arrêta devant les mages et ses yeux noisette allaient de Blanche à Balthazar, il essayait de reprendre son souffle.


« Le Roi … Le Roi Tief … Il … est là ! Il vous attend dans la grande salle avec sa suite… »


*Nous sommes en été. Le premier mois d’été est celui du Dieu Zéphyr du vent du Sud, du temps doux et de la sécheresse
*² « Foudre ! Viens à moi ! »