Une grande vadrouille pour deux roses [Micro Rp] {Pv Eliana}
NouveauRépondre


Une grande vadrouille pour deux roses [Micro Rp] {Pv Eliana} ─ Dim 10 Déc - 16:17
avatar
    Invité
    Invité
    Décembre 1248,
    Baronnie Lanzaniebla, Duché de Mellila


    Me voilà à présent totalement seule, ce qui n'était pas arrivé depuis des années. Mon dernier ami n’était plus, emporté par la fièvre qui rongeait Eurate depuis des mois. À sa mort, j’ai longtemps hésité sur mon devenir, je suis restée quelques temps sur mon île, pour tenir compagnie à mon père, nous avions tant de temps à rattraper… Puis, plus le temps passait, plus il devenait évident que le temps perdu ne se rattrapait jamais. À sa mort, j’ai longtemps hésité sur mon devenir, je suis restée quelque temps sur mon île, pour tenir compagnie à mon père, nous avions tant de temps à rattraper… Je n’avais plus rien de la gamine insulaire qu’il avait laissé partir à bord du Mandragore, et son regard à mon encontre en disait long : je l’avais déçu. Je mis un certain temps avant d’encaisser la réalité, j’en profitais pour ré-explorer les pistes de mon enfance. Retournant dans les lieux qui m’avaient vu grandir, du moins pendant une certaine période de ma vie. Et très vite, je fus prise par le même désir qu’autrefois, celui de fuir ce territoire confiné. Alors, à nouveau, j’embarquais pour le continent sans savoir où aller, ni que faire. L’ironie voulue que ce fut sur le même bateau qu’une décennie auparavant. Une fois encore, je débarquais sur les côtes de Corduba.

    J’avais été Lina, la petite fille de Cyrès, puis Lina de la compagnie écarlate qui aujourd’hui n'était plus qu’un nom perdu et oublié de tous. Le dernier vestige venait d’achever son cycle, j'espérais que le nouveau soit plus clément. Mais finalement, je n’étais dès lors plus que Lina, mercenaire, chasseuse de primes, et évidemment au chômage.

    Mes pas me menèrent jusque ici, cette partie du pays m’était encore inconnue, alors pourquoi pas ? Je laissais ma monture dans la cours d’une auberge, devant un abreuvoir bien rempli. J’avais faim, froid, et la fatigue se faisait grandement sentir. J’y commandais un repas, quelques boissons et une chambre. Je passais la soirée en compagnie de marchand d’étoffe mélilléens à la langue bien pendu. Nous jouâmes aux cartes, aux dès, le tour se transformant doucement en jeux à boires qui me firent perdre quelques notions d’adresse et surtout de réflexion. Monter dans ma chambre s’avéra plutôt laborieux, néanmoins, je le fis seule, l’alcool ne m’avait heureusement pas fait perdre ma décence.

    Je me laissais tomber sur la paillasse fraîche, tout comme le reste de la chambre. Visiblement, je ne pourrais que compter sur les restes des spiritueux divers et variés consommés dans la soirée pour me tenir chaud. Aucune importance, elle ne m’avait pas coûté bien cher et bon sang...Elle tournait, le lit tanguait comme si je m’étais trouvée dans un bateau. Au moins je pouvais expérimenter le mal de mer que certain subissait… Mais bizarrement, je ne m’en réjouissais pas. Après avoir involontairement libéré le contenu de mon estomac sur le plancher, je m’endormis. Ce fut d’ailleurs un sommeil des plus désagréable. J’avais l’impression de dormir sur un bateau en pleine tempête et d’être tombée de ma couche.

    Je m'éveillais le lendemain le corps perclus de douleurs et la tête encore dans le brouillard. J’étais allongée sur le sol, froid et humide… Et en mouvement ?

    Bon sang, je n’étais plus dans ma chambre, mais sur le sol d’une carriole sombre dont les quelques rayons de lumière qui traversaient les interstices du bois constituaient la seule source de lumière.

    - Deux beautés pour le prix d’une, les gars avec ces deux-là, on va faire fortune. C’est moi qui vous l’dis.

    Cette réplique étrange, provenant de l’extérieur me laissait perplexe…

    Deux ? Fortune ? Bordel! Des marchands d’esclaves ! Je me retournais brutalement et effectivement, je ne me trouvais pas seule. Une jeune femme dormait à même le sol, le visage entièrement dissimulés par d’épais cheveux sombres.

    -Hey, mademoiselle, réveillez-vous !
    Re: Une grande vadrouille pour deux roses [Micro Rp] {Pv Eliana} ─ Lun 25 Déc - 14:29
    avatar


    « Une grande vadrouille »
     
    PV Lina



    Cela aurait dû être une belle journée ! Malheureusement, rien ne se passa comme elle l’avait espéré. Elle s’était une nouvelle fois prise de bec avec ce maudit baron de Fiercastel. Il était aussi diaboliquement beau qu’il était borné. Et, alors que sa monture la ramenait de nuit à Lanzaniebla, elle continuait à pester contre lui et ce caractère qu’elle savait aimer autant que détester. On n'avait pas idée d’être aussi têtu ! Il mériterait une bonne gifle. Son souci actuellement, c'est qu'elle n’avait pas uniquement envie de lui remettre les idées en place…

    Le hennissement nerveux de sa monture, la tira de ses sombres ruminations. À quelques pas de là, étendu dans la neige, gisait le corps inanimé d’un homme. Sans plus réfléchir en avant, Eliana descendit de selle et après avoir flatté sa monture pour la calmer, elle se dirigea vers la forme étendue. Le piège était grossier, mais la baronne bien trop douce ne le comprit qu’au moment ou Nuage, sa jument s’affoler dans son dos. Elle se retourna subitement oubliant l’homme à terre. Elle n’eut pas le temps de voir les voleurs tentant de ne pas prendre les ruades de l’animal que sa vision s’obscurcit… Elle s’écroula sans connaissance dans la poudreuse alors que sa monture retroussant chemin au galop.

    Le monde tanguait et une voix lui parvenait de très loin. Elle ne comprenait pas très bien pourquoi elle devait se réveiller, mais la note urgente qu’elle décela dans les paroles la força à obéir. Ses yeux papillonnèrent et elle gémit sous la douleur qui lui enserra soudainement le crâne. Bon sang ! Que s’était-il passé ? Elle avait l’impression qu’on lui avait laissée la tête sous une cloche. Finalement, elle réussit à ouvrir les yeux pour se découvrir ligotée et étendue en vrac dans le fond d’une carriole. Elle tenait apparemment compagnie à une autre femme qu’elle distinguait mal à travers ses longs cheveux lui recouvrant le visage. Eliana resta un long moment silencieuse à observer sa compagne d’infortune ainsi qu’à écouter leur ravisseur. Elle n’avait pas besoin de beaucoup plus pour en déduire ce qui s’était passé. Enfin, elle murmura doucement.

    - J’imagine que nous sommes dans une situation problématique… Je me nomme Eliana et je crois qu’il nous faut trouver un moyen de nous sortir de ce guêpier.

    Malgré son calme apparent, la baronne n’en menait pas large. Seule son éducation l’empêcha de céder à la panique et déjà son regard cherchait quelques choses qui auraient pu les aider. Elle testa ses liens aussi, puis fit une moue mécontente en comprenant que les hommes n’étaient pas assez stupide pour avoir laissé la moindre chance aux femmes… Elle tenta de nouveau de bouger et écarquilla les yeux en sentant encore son poignard fixé haut sur sa cuisse.

    -Mademoiselle….

    Elle murmura de nouveau.

    -Ses hommes ne m’ont pas fouillée…. Enfin si, mais pas aussi haut….

    Codage by TAC


    Re: Une grande vadrouille pour deux roses [Micro Rp] {Pv Eliana} ─ Mer 27 Déc - 16:59
    avatar
      Invité
      Invité
      Son calme avait de quoi me surprendre, quel genre de demoiselle pouvait réagir de cette façon en pareille situation ? Même moi, je ne l’étais pas, et pour cause. Je m’étais faite avoir misérablement, comme une imbécile. Je ne pouvais qu’avoir honte de me retrouver dans cette situation. Pour le coup, je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même, je pestais intérieurement contre ma propre bêtise. Et elle restait calme… Eliana… Était-elle folle ? Ou peut-être était-ce moi, l’une de nous devait l’être en tout cas…

      - Et bien Eliana, je pense que vous avez raison… Moi c’est Lina...

      Faire les présentations dans un moment pareil… Bah après tout, pourquoi pas. Nous étions prisonnières d’une carriole sombre en route pour je-ne-sais-où… Une destination probablement aussi déplaisante que les raisons qui nous y conduisait. Pas besoin de fouiller mes affaires, ils m’avaient évidemment délesté de mes armes, du moins de celles que je gardais pourtant bien cachée. Et merde… Puis ma compagne m’interpella.

      -C’est à dire ? Vous avez une arme ? Vous ?

      Bien sûr que j’étais étonnée, je n’avais rien d’une aveugle. Les vêtements de la belle en disaient long sur son rang, bien supérieur au mien, à n’en pas douter. En somme, une personne qui payait, d’ordinaire, les gens comme moi pour les protéger. Bien que là… Je ne m’engagerais pas moi-même. Elle était belle la mercenaire… Je me fis, d'ailleurs, la promesse silencieuse de ne plus jamais boire une goutte d’alcool. J’attendais donc sa réponse avec un air plus qu’impatient, une arme, pitié faites qu’elle parle d’une arme...
      Re: Une grande vadrouille pour deux roses [Micro Rp] {Pv Eliana} ─
        Contenu sponsorisé