Forum d'inspiration médiévale, contenu mature (déconseillé aux mineurs).
 

Partagez | 
AuteurMessage


Messages : 3
Date d'inscription : 30/09/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Le retour du chevalier [En cours]   Dim 1 Oct - 11:50


Eudes "De Montignard" Rogasang
"Qu'on tienne une épée ou une bêche on reste un guerrier."

Registre

■ Son âge : Soixante ans dans quelques mois
■ Lieu d'origine : Il est né à Durdinis et y a vécu jusqu'en 1241, depuis il a élu domicile dans le Duché de la Croix des Espines.
■ Son rang : Citoyen
■ Son métier : Chevalier en repentance

Son caractère


”Eudes ? Bien sûr qu’j’le connais mon gars ! C’était l’un des meilleurs de mon bataillon, eh ! Un chouette gars, pas bavard pour un rond, c’est sûr mais un chouette gars ! C’t’un bon commandant, il y en avait pas deux des comme lui, ah ça non ! Lui, il se souciait de ses hommes au moins, il les envoyait pas au casse pipe sans connaître tout du terrain. Comment il était ? Booo … j’sais pô, vous voulez savoir quoi ?


Ah, mais ch’ai po moi, tu me parles de ça, j’le connaissais même po à c't'époque ! Eh oh .. range ça gamin … non ! Non ! Gertrude la fourch….”



”L’p’tit Eudes ? Ouais bien sûr ! C’est moi qui l’ai élevé … son vieux père m’faisait confiance pour ça, ah ça oui ! J’peux vous dire que le Jaume de Montignard c’tait un dur et j’peux vous dire qu’avec son fils c’était pire ! Il a était élevé à la dure … comme un vrai noble.


Il parle peu, ouaip. Mais il sait diriger, ouaip. Il parait dur comme ça mais c’est un vrai petit nounours, ah si, si ! Avec sa femme et ses deux filles, il l’était. Oui, oui. Elles sont mortes, tuées par des loups, lors du Grand Hiver de 1241.


Depuis ce jour, j’peux vous dire que le p’tit gars il se morfond dans l’alcool et il déprime comme un marmot sans son doudou. Mais, j’peux vous dire que depuis ces évènements, il est froid comme la pierre et vaut mieux pas l’emmerder ! Dîtes, j’peux savoir pourquoi vous me poser ces questions ? Hein ? Oh le joli zoziau … arrrg… »


Depuis les événements de Durdinis, lorsqu'il apprit la mort de l'Empereur Bjarkison ... son ancien suzerain qu'il avait abandonné pour sa propre tristesse, Eudes est devenu plus ... altruiste.

Il s'en va dans les lieux où on a besoin de bras sans jamais parler de ses origines, pour les autochtones ce n'est qu'un fermier en armure et même si il voulait qu'ils croient autrement, il ne pourrait pas. Il a quitté sa vie chevaleresque pour cultiver des carottes.

Depuis ces évènements, le vieil homme s'est tourné vers le Trimurti lui qui n'avait jamais était très croyant, le voilà qu'il prie les Trois à chaque fois qu'il le peut... il se considère lui même comme un homme en repentance, un homme qui doit expier ses fautes passées.

Son physique



Bon, Eudes est un homme dans la soixantaine mais ses années d’entrainements et avec sa vie à la ferme, sa musculature est encore imposante… vous voulez tester ? Venez, venez ! Il aime encore casser des crânes ! Non mais plus sérieusement … oui, je peux vous dire que le pauvre gars est un puissant homme d’un métre quatre vingt dix.


Il a des cheveux blancs, oui des cheveux blancs. Aussi blancs que la neige comme sa barbe. Me demandez pas pourquoi … ça doit être à cause de son âge plutôt avancé pour notre époque, hein on ne va pas se le cacher. Il a des yeux … je ne sais pas vraiment, j’ai jamais regardé ses yeux … je dirais noisette ? Noir plutôt. Je ne sais pas. Bon à part qu’il a du charisme … je ne vois pas ce que je peux vous dire de plus.


Ah ! Il a une blessure causé par une flèche juste au dessus du cœur … me demandez pas comment il a survécu mais il a survécu avec une belle balafre ! Bon c’est pas les seules blessures, hein. Il y a aussi une vilaine entaille au niveau de la gorge, un souvenir de la guerre face aux Hordes en 1215, je crois … il y aussi la moitié d’une oreille qui lui manque et c’est tout, je pense. Ah oui, c’était un bon petit gars ! Toujours prêt à s’élancer dans les combats ! Toujours le premier à partir, le dernier à rentrer ! Je me rappelle qu’il portait toujours des armures de cuir et des fourrures … ah c’était le bon temps pour lui ! Je sais pas si il a gardé l’épée que je lui ai forgé… pourquoi vous me posez ces questions ? Eh .. attendez, non ! non !



Son histoire


« Tiens. Salut les gars. Je pensais pas vous revoir, ici … ‘fin pas de sitôt. »



« Ouais comme tu vois, on t’as cherché sans jamais te trouver. Personne ne sait où tu es. »

« Ouais. C’est ce qu’on appelle un isolement, c’est pas pour que tout les fils de catins sachent où on est. Et puis malgré la distance, j’suis au courant de votre chemin de cadavre. »


Le vieux chevalier s’assied alors sur une chaise en bois se trouvant près de l’âtre et dit tout en regardant les trois bandits.


« Je peux savoir pourquoi vous êtes là ? »


« T’as massacré ma famille espèce d’ordure. T’as décimé toute une bande dans la forêt de Durdinis. En traître et avec des soldats impériaux ! » Il s’avança alors un coutelas à la main.


Eudes renifla alors et prit l’arbalète qui se situait près de sa chaise. Il visa alors le torse de l’homme et dit :


« Tu bouges mon coco et tu meurs comme le chien galeux que tu es ou encore comme le pauvre Gérard que t’as égorgé sans scrupules. T’as compris ? Alors maintenant, tu vas t’asseoir, toi et tes copains et tu vas gentiment m’écouter. Et si tu crois que je ne vais pas l’utiliser sur ta trogne, détrompes toi. J’ai encore mon épée et je ne suis pas si rouillé que cela. »


Le bandit regarda ses compagnons puis ils s’assirent tous trois sur un banc en bois. Le chevalier le regarda et dit :


« Je vais te conter une histoire, mon gars. Et quand j’aurais fini tu pourras faire ce que tu veux. Quand j’aurais fini, il y aura du sang et il sera à l’un de nous quatre, d’accord ? »

« Ouais accouche vieillard. »


« Je me nomme Eudes de Montignard, ancien fils d’un petit baron de la principauté de Durdinis. Ma famille à disparu depuis maintenant plus de 30 ans, je suis le seul survivant de ma lignée. Ma femme et mes filles sont mortes en l’An 1241 lors du fameux Grand Hiver, tuées par des loups. On habitait dans une vieille bicoque. On aimait cette petite maison. Je l’ai construite de mes propres mains. Bon, j’étais pas souvent là toujours à cavaler d’un endroit à l’autre, en acceptant des petits contrats. J’étais un petit chevalier mercenaire … sans guerre, je n’étais pas un homme d’armes. Je devais bien subvenir aux besoins de ma famille et la ferme à Durdinis n’allait pas le faire. Rien ne poussait.


Bon … bref, je devrais peut être commencer par le début. Ça risque d’être long, il y a du vin dans le buffet derrière vous, si vous voulez. Bref, je le redis : Je me nomme donc Eudes de Montignard, fils du défunt Baron Jaume de Montignard. Mon vieux père m’a élevé à la dure mais quand il n’était pas là, j’avais droit à des précepteurs tous aussi durs l’un de l’autre.


J’ai était entrainé aux maniements des armes, à la politique … dont, je ne me suis jamais servi. Je ne voulais pas du titre de mon père, toute façon … lorsqu’il est mort, Le Duc reprit les terres de mon père car il me pensait mort … et puis de toute manière, je n’en voulais pas. C’était trop de responsabilités, même une baronnie. J’étais un soldat pas un politicien.


Bref, en 1210 la guerre éclate entre Durdinis et Sinople … je servis dans l’armée de Durdinis comme modeste écuyer. Le sieur Rodrick de Harvelvan, un baron de la principauté, m’avait prit sous son aile car il avait connu mon père et ils étaient amis avant sa mort.


Je me souviens encore de ma première bataille comme si c’était hier. Le Baron de Harvelvan avait établi le campement de son armée avec d’autres seigneurs sur la rive du bassin Opalien où nos éclaireurs avaient aperçu des navires ennemis non loin.


Je m’en souviens … c’était une belle nuit étoilé même pas voilée. J’étais de quart, bah eh ! J’avais beau être un écuyer, je n’en restais pas moins un soldat.


Bon … oui, c’était au milieu de la nuit, je crois. La lune commençait à se cacher et là … je n’avais pas vu les Sinopolitains qui avaient débarqués sur une rive plus loin. Ce fût un véritable massacre. J’étais encore un vulgaire damoiseau dans l’art de l’amour comme dans l’art de la guerre. Je n’avais jamais encore levé une épée mis à part sur un mannequin de paille, j’étais paralysé. Mais je trouvai ma force dans les cris des soldats qui agonisaient, mes amis qui mourraient autour de moi. Je suis donc allé jusqu’à la tente du vicomte … là, ce que je vis … je crois que, ouais, malgré le poids des âges je m’en souviens.

Le pauvre noble était acculé par les Sinopolitains. Il y en avait quatre ou cinq … deux furent transpercés sous mes yeux, j’en démembrai moi-même un troisième. Mais Podrick ne vit pas le quatrième qui lui envoya un violent coup d’épée entre les omoplates, le pauvre homme avait du sang à la commissure des lèvres. Il m’avait murmuré quelque chose : « Cours … », voilà ce qu’il m’avait murmuré avant de tomber à terre, les yeux vitreux par la mort.


Au lieu de courir, vous savez ce que j’ai fais ? J’ai empoigné mon épée comme me l’avait appris un certain André de Montbard, un sacré chevalier celui là ! Et j’ai attaqué les deux ennemis qui me restaient. Bon, c’était un rude combat comme si un bleu pouvait se mesurer à deux professionnels … mais j’ai réussi ! Et avec de sacrées blessures, ça je peux vous le dire.


Le combat avait duré une vingtaine de minutes … j’avais écopé d’une blessure à la jambe gauche et d’une vilaine entaille au bras droit qui devait bien faire de ma clavicule à mon coude … mais j’ai tout de même trouvé la force de ramener le pauvre Rodrick jusqu’à sa famille. On avait perdu la rive du Bassin mais on allait revenir en force, ça c’était certains mais … la guerre était fini pour moi. J’ai failli perdre mon bras et ma jambe à cause d’un début de gangrène vite partit.


Bon … à part ça. Après la guerre, je me suis fait adouber par le Sieur Jon Harevlvan, le fils du Baron. Et il m’avait prit à son service, je peux vous dire que c’était un bon gars celui là … oh oui ! Je regrette encore d’être partit mais … c’était nécessaire.


Bref, quelques années plus tard, les Khôsz attaquèrent Eurate… j’y ai participé. Ah oui ! Mon cœur en a souffert, ouaip. J’ai failli le voir transpercer d’une flèche Khôsz. Heureusement qu’il a visé quatre –cinq centimètres au dessus sinon je n’étais plus là. Ah et j’ai perdu un bout d’oreille. Bref … j’ai mené mes hommes … ah oui, c’est vrai. Je vous ai pas dis. J’étais plus un vulgaire écuyer, j’étais un chevalier ! J’avais sous mon commandement un bataillon, ouais ! J’étais sous l’égide du Duc Hauer Bjarkison. Ouaip ! L’empereur lui-même ! Bon … il a dû vite m’oublier, je me suis fait passer pour mort quelques années plus tard. Mais bref. Je menai mes hommes avec brio, on en avait massacré du cavalier ! Mais bref … la guerre finit, on m’a mis au placard avec une belle rente certes mais bon. Le champ de bataille me manque parfois mais heureusement ! J’ai rencontré ma douce Natasha au cours d’une mission d’anéantissement de bandits dans la forêt de Durdinis… »


« Ouais, on est au courant. J’étais môme à c’t’époque. Ma mère m’avait dit de m’tirer quand elle a vu les soldats impériaux. »

« Oui. Vous aviez kidnappé des femmes. Ça a duré deux semaines, fallait bien qu’on agisse. Donc … J’avais 43 ans à cette époque. Je n’étais même pas encore marié. Je n’avais jamais rencontré de femme qui avait de l’attirance à mes yeux. Mais quand j’ai vu Natasha … cette douce rousse… je suis tombé sous le charme et elle aussi, je crois. Bref.


Après tout cela, je me suis marié avec elle, j’ai construit la petite bicoque … j’ai renoncé à ma position auprès de l’Empereur et on s’est installés. On a eu deux belles jumelles. Ouais, tout allait bien. Jusqu’en 1241. Ouais, lors du Grand Hiver. Les loups ont attaqués ma femme et les filles alors qu’elles étaient dehors à étendre le linge. Moi ? J’étais parti pour récolter une prime pour un contrat que j’avais exécuté. Fallait bien qu’on se nourrisse, la terre était infertile dans cette parti du coin.


Quand je suis revenu à la maison … j’ai vu les corps déchiquetés … démembrés … la face de mes femmes n’étaient qu’un .. hmpf, amas de viande. Il y avait que les cheveux pour savoir que c’était bien elles.


Bref, après toutes ces années, je suis resté la dedans mais je ne pouvais plus rester là bas … je me suis donc construit cette petite fermette avec tout ce que j'ai trouvais assez loin de la civilisation, sans qu’on ne m’embête … seulement de rares paysans savent où je suis et m’apportent parfois à manger. De quoi tenir un bon mois, c’est déjà pas mal et je les aide à ma manière. Bien, vous savez mon histoire. Maintenant qu’elle est finit, il est temps qu’on règle ça. »


« Ouais. »

Les trois hommes se levèrent alors en même temps et Eudes eut un sourire. Il ne fit rien et déjà les corps se retrouvèrent criblés de carreaux.


« Alors mon gars ! On n’attend pas les potes pour la fête ? »


« Tu es arrivé à temps justement mon petit Robert. C’est qui les trois autres ? »


« Mes fils, mon gars ! Tu le sais, bon dieu. Je te les ai présentés pas plus tard qu’il y a un mois ! »


« Ouais peut être … ma mémoire flanche tu sais. Dis, tu ne peux pas me virer ces cadavres ? Tu ne pourrais pas les filer aux loups ? »


« Ouais t’inquiète donc pas mon gars, on s’en charge ! »


« Merci, je … suis un peu fatigué. »


Il essuya une larme sur sa joue et il posa son arbalète par terre contre sa chaise. Il ferma alors lentement les yeux et commença à s’endormir. Evoquer tant de souvenir l’avait fatigué pour au moins deux jours.



Après cet incident, environs trois jours plus tard, Eudes eut la visite d'un vétéran de l'armée de Sinople … 'fin du Duché de la Croix des Espines maintenant c'est qu'on s'y retrouve plus avec tout ça. Ils parlèrent un peu ensemble puis il repartit en quête de son nouveau poste se trouvant à Volg.



Le vieux fermier n'eut plus aucune visite jusqu'à ce que la Guerre de Durdinis éclate… ce dernier ne savait pas quoi faire entre son ancien devoir de vassal à l'Empereur ou rester là à ne rien faire pendant que les Thorréens massacraient ses compatriotes. La réponse ne se fit pas attendre. Il prit son armure, son arbalète et sa Hallebarde puis partit se mettre sous la bannière d'Esmerald sous un faux nom pendant que le Robert, son voisin s'occuperait de sa ferme.



Il vit des horreurs. Malgré son passé guerrier, il ne pensait pas revoir ces choses. L'affrontement entre Euratiens et Thorréens furent violent. Mais malgré son nombre, Eurate perdit. Eudes eut un pincement au coeur lorsque qu'on lui apprit la mort du Grand Hauer, son suzerain d'antan … s'il avait su il serait peut être resté il y a vingt ans auprès de lui et peut être qu'il serait délivré de son enveloppe charnelle aux côtés de ce guerrier.



Quand il rentra chez lui avec sa maigre prime, il pensait revoir sa ferme bien entretenu, ses animaux soignés … mais, il ne retrouva qu'une bicoque déserte. Ses animaux avaient été éventrés et mis bien en évidence … la viande avait était prise et les maigres richesses du fermier avaient disparu (quelques pièces de vaisselle seulement). Son ami Robert avait était tué et voilà que maintenant, il se retrouvait seul … qu'allait-il faire ? La ferme était inutilisable. Il prit alors ce qu'il pouvait et partie dans n'importe quelle direction, ne sachant quoi faire, aidant par ci par là des autochtones en détresse tel qu'un chevalier devrait le faire mais il voulait tellement plus. Et qu'était ce plus ? Il n'en savait rien … son chemin le mènerait peut être vers son souhait.


Compétences

Plus d'information ICI
■ Armes Blanches (Hallebarde)- Niveau 4
■ Armes de Jet (Arbalète)- Niveau 3
■ Bagarre (Art Martial) - Niveau 2
■ Etiquette - Niveau 1
■ Administration (Intendance) - Niveau 1
■ Sport (équitation) - Niveau 1
Derrière l'écran

■ Etes-vous majeur ? - OUI
■ Avez-vous lu le règlement - Validé par Cristo
■ Comment-êtes vous arrivé sur Les Serments d'Eurate ? - Par magie.
■ Une suggestions ? - Ouais, donnez Excalibur à Alexandre !
■ Ce personage est-il un DC, et si oui de qui ? - Yep, d'Alex de Terresang/span>




Dernière édition par Eudes Rogasang le Sam 7 Oct - 19:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 3
Date d'inscription : 30/09/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le retour du chevalier [En cours]   Dim 1 Oct - 14:48

Voilà, je pense que j'ai fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 37
Date d'inscription : 13/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le retour du chevalier [En cours]   Jeu 5 Oct - 19:03

Salutation et re-bienvenue à notre psychopate préféré ^^

Avant de commencer je tiens à t'informer de l'immense honneur que tu as d'être le premier à recevoir la visite du Ménestrel Smile

Bref, pour en venir sur ta fiche ^^

Tout d'abord l'idée du vieux vétéran est assez intéressante, de même que la manière dont la fiche est rédigée. Tu pourrais éventuellement étoffer un peu plus le caractère car le contenu est peut-être un peu pauvre dans l'état.

Après il y a un petit détail qui n'est pas crucial ni ne change le personnage. Il s'agit du statut de Vicomte, c'est un statut spécial, assez rare, donc plutôt à éviter mais Eudes aurait tout à fait pu servir auprès d'un baron ami de son père.

J'ai également une question : Si Eudes se trouve à Durdinis et qu'à la fin de ton histoire il part vers le nord... Il va où ? ^^

Enfin, par rapport aux compétences tout d'abord tu n'as utilisé que 30 points sur les 40 à ta disposition, ne te restreint donc pas ^^
Sachant que, second point, comme ton personnage a plus de 50 ans, ses compétences physiques lorsqu'elles sont utilisées réellement et non enseignées à quelqu'un sont réduites de 1 point. Il serait donc dommage de ne pas profiter des 10 points qu'il te reste ^^

Avec ces quelques points de réglés ta fiche pourra être validée Smile

Amicalement,
Le ménestrel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 3
Date d'inscription : 30/09/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le retour du chevalier [En cours]   Sam 7 Oct - 19:43

Eeeeet voilà !

Normalement tout est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 37
Date d'inscription : 13/03/2017

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: Le retour du chevalier [En cours]   Jeu 12 Oct - 16:09

Courage, on y est presque ^^

Je t'avais dis qu'il te manquait des points la dernière fois mais cette fois tu as été un poil trop gourmand puisque tu as 44 points Smile
Je t'invite à revoir tes points en suivant bien ce barême ^^

Niveau 1 : 2 points
Niveau 2 : 6 points
Niveau 3 : 12 points
Niveau 4 : 20 points

Il y a aussi une petite trace du mot vicomte ("Je suis donc allé dans la tente du vicomte")
Concernant le baron du coup ^^
On voudrait que les nobles utilisés dans les histoires restent sans noms, afin de ne pas créer des noms qui ne sont pas réutilisés et qui engendrent des dizaines de barons différents là où il n'y en a que quelques uns en vrai.

Un autre gros point en revanche sur lequel je n'avais pas assez insisté dans mon précédent message c'est qu'en tant qu'ancien habitant de Durdinis tu es un réfugié qui a dû devenir vassal d'un autre territoire. Il faut donc que tu choisisse le territoire en question ^^

Allez, la ligne d'arrivée est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le retour du chevalier [En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour du Chevalier
» Le retour du chevalier du capricorne
» Adrix, retour aux sources [En cours]
» Retour d'un jeune chevalier
» Cours du Chevalier Gradeil [ouvert aux padawans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Outils de modération
 
Sauter vers: