Wiki des Serments d'Eurate
Bibliothèque de l'univers

Nous avons décidé de placer l’empire dans un contexte inspiré du moyen-âge occidental. De ce fait, la quasi-totalité de sa population est « Européenne ». Comme notre monde s’éloigne également du canon médiéval réel, il ne vous est pas demandé d’avoir de connaissances spécifiques mais de vous référer à ce qui aura été décrit par le contexte et dans ce petit guide. En cas de doute, les admins pourront vous guider afin de rester raccord avec l’ambiance et l’univers.

Vie quotidienne Hygiène Nourriture Médecine Le peuple Armes & Armures Technologie Héraltique

La Vie en Communauté

Au Moyen-âge on vit en communauté, que ce soit en ville ou en campagne. Il n'est pas rare d'avoir une maison réunissant une même famille, regroupant plusieurs générations. A cette époque, c'était un luxe d'avoir un lit séparé pour dormir. Toutefois cette proximité permettait de garder la chaleur, tout le monde n'ayant pas accès à un système de chauffage, trop coûteux. Cela permettait ainsi de garder la chaleur mais également de protéger les plus faibles du froid. Certaines fois, on préfère séparer le lit conjugal du lit des enfants.

Le rythme de vie est dicté par le soleil. On commence à travailler au lever de celui-ci et on s'arrête au coucher de l'astre solaire. Les agriculteurs, mais également les artisans, étaient soumis à cette réglementation pour diminuer la concurrence, mais également les risques d'incendie dû à l'utilisation de bougies. Ce cycle solaire permettait également de rythmer les temps de repas et de repos. Une autre réglementation limitait également les maîtres de trop fatiguer leurs ouvriers ou leurs apprentis, afin qu'ils soient toujours aptes à travailler. Tout le monde participe aux tâches journalières afin de permettre le bon fonctionnement des exploitations, des échoppes, des ateliers ou même à l'intérieur de la maisonnette.

Toutefois, même si le travail est important, on ne néglige pas les loisirs. On accorde donc énormément d'importance aux festivités, aux troubadours, aux marchés, etc. Pas uniquement parce que cela permet la transmission d'informations – de façon orale, l'analphabétisme étant très important à cette époque là – mais également à cause de leur rareté.

La Vie en Ville

Les villes sont généralement dirigées par des corporations, des guildes ou des hanses, regroupant le même corps de métier afin de palier à la concurrence. C'est pour cette raison qu'on considère que les villes sont dirigées « en commun » et qu'on les nomme donc des « Communes ». Ces corporations réunissent une forme de bourgeoisie, dont le pouvoir pourrait parfois dépasser le pouvoir seigneurial.

La vie urbaine est extrêmement bruyante. On vit plus généralement à l'extérieur, car c'est là que tout se passe. C'est dans les rues que les informations circulent. Entre les crieurs publics qui transmettent les informations plus officielles, mais également les vendeurs et les marchands hurlant les bienfaits et la qualités de leurs produits, en passant par la présence des seigneurs qui est également criée afin que les passants puissent faire place. La vie en ville est un remue-ménage très actifs.

Si l'on ne compte pas les habitants, il y a également la présence d'animaux (poules, porcs, chats, rats, etc.). Certains servants à l'homme, d'autres profitants de la présence de celui-ci. Les villes n'étaient pas un lieu des plus propres. Non pas que les habitants n'avaient pas une hygiène de vie très stricte. L'étuveur invitait, au levé du jour, les habitants à venir prendre un bain dans son établissement. Toutefois, et avant l'installation de pavés dans les rues, celles-ci n'étaient faites que de terre battue où on y déversait les eaux usées et les détritus.

La nuit, on laisse les rues aux animaux nocturnes mais également aux brigands. Toutefois, des hommes étaient chargés de la sécurité de celles-ci, payés généralement par la ville elle-même.

La Vie en Campagne

Les paysans représentant près de 95 % de la population, ils forment la base matérielle et le pivot de l'activité économique. Ce sont les paysans qui nourrissent les citadins, ce sont eux qui prennent soin de la terre et cultivent les champs. Ce travail est pénible et laborieux, mais il permet au peuple de prospérer.
La limite entre la campagne et la ville est plutôt ténue. En effet, généralement, autour des remparts d'une cité s'étendent les champs et les prés. Toutefois le commerce, l'artisanat et les travaux plus intellectuels qui se passent en ville peuvent entraîner de fortes séparations avec les cultures et l'élevage présent en campagne, créant une différence plus nette entre ces deux univers pourtant si proches.
La vie en campagne est cependant presque aussi rythmée que celle en ville. La vie des paysans y vivant est également dictée par le cycle du soleil et les saisons. De plus, dans le monde d'Eurate, le quotidien est ponctué par le tintement des cloches des Temples du Trimurti, indiquant le moment du levé, le repas de la mi journée et le couché. Ce rythme se voulant de respecter le cycle immuable instauré par les dieux. Les travaux des champs se répètent également d'années en années, et le calendrier est étroitement lié aux activités agricoles (labours, semailles, récoltes, etc.), chaque mois étant symbolisé par l'une de ces activités. Certains moments de répit peuvent arriver lors des fêtes religieuses, très respectées par les paysans.
Au contraire de la vie urbaine, le vie à la campagne favorise beaucoup moins le contact entre les individus et la diffusion des connaissances techniques ou intellectuelles. Le paysan est soumis aux contraintes que lui impose la nature. Cependant la vie y est beaucoup plus solidaire et bien plus centrée sur le groupe. Les paysans font les travaux des champs ensemble, et les bois et marais sont des propriétés communes. De plus, tous les paysans n'ont pas les mêmes qualifications et doivent donc s'entraider (l'un prête sa charrue, l'autre ses outils, etc ...). Les campagnes n'étant que très peu monétisées, l'on s'y échange beaucoup plus des services ou des bien que de l'argent.

L'Argent et les Échanges

On ne transporte pas de monnaie, il est difficile de le faire en toute sécurité. On lui préfère donc le troc, qui est très important dans le développement de l'économie. On troc soit des objets, des biens, des produits, mais également des services. Cela peut se réaliser également entre seigneurs ou pour le seigneurs. On peut ainsi payer son impôt en nature (vin, grains, bétails, journée de travail sur les terres)
Ce sont plus généralement les marchands qui font circuler la monnaie, leur permettant ainsi de payer les taxes. Ils font le bonheur des changeurs qui convertissent les monnaies locales et manipulent les monnaies de comptes. La frappe de la monnaie est également un privilège élevé, établissant un statut social important et un rang prestigieux.
Les ouvriers et les travailleurs ont également le droit à un salaire. Ils sont généralement remercié en nature, soit leur ration journalière de nourriture.

La Communication

L'analphabétisme est très présent. Seuls la noblesse et le clergé sont initiés à l'écriture et à la lecture. C'est pour cela que la plupart des informations passent oralement, via les crieurs publics pour des informations officielles ou d'importances – ces derniers voyagent de villes en villes et vendent également leurs services. Les citadins connaissent toutefois un rudiment de chiffres et de lettres afin, surtout, de tenir les comptes. Et lorsqu'on lit, ce sont généralement des lectures pieuses.
La communication se fait donc surtout oralement. On accorde beaucoup de valeur à un témoignage oral, surtout pour ce qui est des grandes prises de décisions (mariage, naissance, conclusion de testaments, dernières volontés, etc.). C'est également pour cela que les troubadours et autres saltimbanques, chantant les événements qui ont eu lieu dans d'autres contrées, sont écouté et que l'on se rend aux festivités où ils se trouvent. Les grands événements tel qu'une exécution, l'arrivée d'un seigneur ou tout autre source de divertissement attirent beaucoup de curieux qui souhaitent être présent.

La Justice et la Sécurité

Cette dernière est une notion vague. On fait essentiellement confiance à ses proches, sa famille, son entourage professionnel. On redoute les brigands et les voleurs. C'est le seigneur qui assure la sécurité militaire dans son domaine. Pour ce qui est des villes, certaines peuvent se permettre de payer les services de mercenaires ou d'hommes armés pour protéger les seigneurs en visites ou les habitants.
Pour ce qui est de la justice, elle se règle normalement à l'amiable. Mais la justice seigneuriale est tout de même saisit très souvent pour des litiges ou des crimes.
Les notaires sont également nombreux et sont consultés pour conclure des actes commerciaux, des contrats de mariage ou des décisions judiciaires. Ils donnent lieu à des traces écrites, qui sont rares et très précieuses.

La Place de la Religion

Celle-ci est très présente, que ce soit de façon quotidienne ou tout au long de l'année.
Comme expliqué ci-dessus, les temples donnent le rythme des journées. Ils sonnent trois fois les cloches en respectant le cycle des trois dieux. Les prières ponctuent également la journée, comme lors des repas où l'on remercie généralement Rajas pour la prospérité qu'il offre à la famille et pour la nourriture qui garantit le maintien de celle-ci.
L'année et les saisons sont également rythmées par les festivités religieuses, qu'elles soient régionales ou dans tout Eurate. Elles suivent le cycle des saisons. On fête donc la nuit de Tamas à la fin de l'hiver, par exemple. Puis, les autres festivités suivent les semailles, le début du printemps, les récoltes, etc. On célèbre alors tel ou tel dieu selon les bénédictions qu'ils peuvent offrir.

Vie quotidienne Hygiène Nourriture Médecine Le peuple Armes & Armures Technologie Héraltique


Sommaire

LA VIE EN COMMUNAUTÉ
LA VIE EN VILLE
LA VIE EN CAMPAGNE
L'ARGENT ET LES ÉCHANGES
LA COMMUNICATION
LA JUSTICE ET LA SÉCURITÉ
LA PLACE DE LA RELIGION